France : 100 000 tourterelles en danger

Photo ©-ASakoulis-FotoliaS

1574
⏱ Lecture 3 mn.

Devant l’état catastrophique des populations de la tourterelle des bois, en danger au niveau mondial et inscrite comme telle sur la liste rouge de l’UICN, la Commission européenne a proposé aux Etats membres diverses mesures d’urgences dont la suspension de sa chasse. Comme six autres Etats (dont l’Italie et l’Espagne), la France, qui en laisse tuer environ 100.000 chaque année, a refusé.

La tourterelle des bois est inscrite à la liste rouge européenne des oiseaux menacés de disparition comme Vulnérable en raison du déclin vertigineux de ses effectifs qui ont chuté de 74% depuis 1980. Cet effondrement s’observe sur l’ensemble de l’aire de répartition de l’espèce. Ces 10 dernières années, le déclin s’est accéléré : rien que pour la France, selon le Suivi Temporel des Oiseaux Commun (STOC) du Muséum national d’histoire naturelle, l’espèce a encore diminué de 44 % depuis 2007. Ce que confirment les effectifs de Tourterelle des bois en migration dans le cadre du suivi standardisé des migrateurs à la pointe de grave (Migraction 2018), divisés par près de 8, en 32 ans.

Et la France a une très forte responsabilité pour la conservation de cette espèce. D’une part elle près de 10% de la population européenne, derrière l’Espagne (46%) et la Turquie (12%) et d’autre part elle se situe sur le trajet migratoire des populations reproductrices d’Europe du Nord-Ouest. La transformation des paysages agricoles, la destruction du bocage, des haies, seraient avec la perte des habitats semi-naturels un important facteur expliquant le déclin de l’espèce.

La chasse pendant la migration postnuptiale est un facteur additionnel non négligeable qui pèserait sur la tourterelle des bois, unique tourterelle en Europe à effectuer des migrations de longue-distance. Selon la dernière enquête de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), ce serait près de 91 704 individus qui seraient prélevés en France. En réalité faute de remontée des tableaux de chasse, l’ONCFS estime les prélèvements annuels entre 45.618 et… 137.789. La France est une étape importante pour les populations d’Europe du nord-ouest en migration. Les dernières études menées en Angleterre – où l’espèce a décliné de 70% en 30 ans ! – par la Royal society for the protection of birds (RSPB) au moyen d’oiseaux équipés de balises satellites illustrent la situation stratégique de la France sur le couloir migratoire de l’espèce. Les prélèvements par la chasse sont également très importants en Espagne, et en particulier en Andalousie où la plupart des tourterelles des bois effectuent une halte migratoire avant de rejoindre leurs quartiers d’hivernage africains. En plus des prélèvements cynégétiques, les épisodes de sécheresse au Sahel et la compétition avec la tourterelle turque sont également évoqués comme autres facteurs additionnels menaçant la conservation de l’espèce.

Devant ce tableau d’une espèce qui s’effondre, l’Union Européenne a proposé un ensemble de mesures, dont un moratoire de la chasse qui s’impose évidemment. De manière incompréhensible, la France a refusé cette proposition de moratoire. Cet extrait de mail en provenance de la commission européenne, et rendu public par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), en témoigne : “Approved at the EU Nature Directives Expert Group meeting on the 22-23 May 2018 by Member States of the European Union, with the following disclaimer: Austria, France, Italy, Malta, Portugal, Romania, Spain and the Federation of Associations for Hunting and Conservation of the EU (FACE) do not support measure 3.1.1 « Implement a temporary hunting moratorium until an adaptive harvest management modelling framework (Action 3.2.1) is developed”… If the disclaimer does not reflect your position, please send us your comments by 30 August 2018”.

Pour Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO, «Les observateurs de la LPO comptaient près de 30.000 tourterelles des bois à la Pointe de Grave chaque année ; durant la dernière saison ils en ont vu passer seulement 3904 ! Un effondrement dramatique. Il est temps pour Nicolas Hulot de prouver qu’il accorde la même importance à la protection des espèces en danger qu’au climat. Il a la possibilité d’agir très concrètement pour une espèce en danger au niveau mondial, ici pas ailleurs, tout de suite, pas demain ».