Trafic d’espèces : une saisie de plus de 30 000 animaux (1 mn)

1509
⏱ Lecture < 1 mn.

Quelque 27 000 reptiles et 4 000 oiseaux, ainsi que 48 primates vivants et 14 félins : c’est l’impressionnante prise d’un coup de filet mondial contre le trafic d’animaux sauvages, a annoncé Interpol mercredi.

L’opération, menée au mois de mai dans 92 pays, a conduit à l’identification d’environ 1.400 suspects. Les photos mises en ligne par Interpol montrent notamment des inséparables (petit perroquet, ndlr) entassés dans un carton, un crocodile saisi près d’une mare en Équateur ou un lion empaillé. Outre les animaux, 43 tonnes de viande sauvage dont de l’ours, du zèbre ou de l’éléphant ont été interceptées, ainsi que 1,3 tonne d’ivoire et les carcasses de sept ours, dont deux polaires. L’organisation internationale de coopération policière rapporte que les autorités maritimes vietnamiennes ont aussi trouvé environ quatre tonnes d’écailles de pangolin à bord d’un bateau provenant de la République démocratique du Congo. Au Canada, 18 tonnes de viande d’anguille ont été saisies sur un navire en provenance d’Asie. Des tortues mouchetées vivantes ont également été découvertes dans les bagages de deux passagers à Los Angeles qui s’apprêtaient à embarquer dans un vol pour l’Asie. Une saisie globale qui se chiffre en millions de dollars, indique Interpol sans plus de détails.

La douane française, qui a participé à cette opération, a annoncé avoir saisi notamment des pythons, un boa, tous vivants, ou encore des parties d’animaux comme une tête de crocodile, des crânes de babouins ou des carapaces de tortues. A l’aéroport parisien de Roissy, en outre, les douaniers étaient tombés début mai sur une peau d’ours polaire, en provenance d’Arménie et destinée aux Pays-Bas, ou des peaux de serpent fin mai dans le même aéroport.