Forêt de Bialowieza : Varsovie n’a pas peur d’une saisine de la Cour de justice

Photo © Aleksander Bolbot Fotolia

1547
⏱ Lecture 2 mn.

Le Ministère de l’environnement pense que la Cour de justice de l’UE saura régler le différend qui l’oppose à la Commission Européenne sur la question de l’abattage des arbres de la forêt de Bialowieza.

Le ministre polonais de l’environnement Jan Szyszko a déclaré le vendredi 5 Mai « ne pas avoir peur d’une saisine de la Cour de justice de l’UE » après avoir autorisé l’abattage d’arbres dans la forêt protégée de Bialowieza à la frontière polono-bélarusse. La Commission européenne a adressé fin avril un « dernier avertissement » à la Pologne, demandant expressément à Varsovie de « s’abstenir de pratiquer une exploitation forestière à grande échelle » dans l’une des dernières grandes forêts primaires d’Europe, protégée dans le cadre du réseau Natura 2000. « Nous n’avons pas peur d’un différend devant la Cour de justice de l’UE (…) Nous défendons juste le droit environnemental basé sur Natura 2000, a déclaré Szyszko , cité par l’agence PAP. Je pense que ce sera vraiment indispensable de mettre fin à ce différend à la Cour de justice de l’UE (…) au cas où les données dont nous disposons ne parviennent pas à convaincre la Commission » Européenne, a déclaré le ministre. La Commission a donné un mois aux autorités polonaises pour répondre, et non deux comme c’est normalement l’usage, arguant d’une « menace de graves dommages irréparables au site ». La Pologne affirme procéder à des coupes « de protection » pour stopper des attaques d’insectes xylophages, protéger le trafic routier et lutter contre les risques d’incendie. Mais pour l’exécutif européen, ces coupes « ne sont pas compatibles avec les objectifs de conservation du site et vont au-delà de ce qui est nécessaire pour garantir une utilisation sûre de la forêt ».

Le réseau Natura 2000, auquel est rattachée la forêt de Bialowieza, vise à protéger des espèces et habitats menacés. La grande forêt de Bialowieza, royaume des bisons d’Europe, est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Or Bruxelles estime que « l’exploitation forestière » du site peut provoquer « un appauvrissement irréparable de la biodiversité ».

« Dans la forêt de Bialowieza nous défendons la loi, nous agissons pour protéger des habitats. Pour qu’ils puissent réellement exister. Ces habitats exigent une action humaine, c’est à dire une protection active », a déclaré M. Szyszko à Tuczno (nord-ouest de la Pologne) où le ministre a une résidence secondaire. C’est dans cette propriété que des inconnus ont coupé il y a une semaine une trentaine d’arbres, un acte que les médias polonais ont interprété comme « un acte de vengeance contre la ‘‘loi Szyszko’’ ». Le ministre Szyszko est l’auteur de la législation controversée ayant conduit à l’abattage massif des arbres en Pologne depuis le 1er janvier.