Les canards qui défèquent des poissons vivants

Photo d'illustration © Alexas_Fotos de Pixabay

1818
⏱ Lecture 2 mn.

Comment des plans d’eau isolés peuvent-ils contenir des poissons ? Grâce aux déjections des canards !

Depuis des siècles, la question de savoir comment ces plans d’eau isolés peuvent être peuplés de poissons reste ouverte. Une étude récemment publiée dans la revue PNAS apporte un élément de réponse : certains œufs de poissons, avalés et digérés par des canards, peuvent éclore après avoir été expulsés au milieu des déjections des canards ! Les plumes, les pattes et les excréments des oiseaux peuvent répandre des graines de plantes rustiques et des invertébrés. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Mais comme de nombreux œufs de poisson sont mous, les chercheurs ne s’attendaient pas à ce qu’ils puissent survivre dans l’intestin d’un oiseau, explique Orsolya Vincze, biologiste évolutionniste au Centre de recherche écologique de Debrecen, en Hongrie. Dans leur laboratoire, Orsolya Vincze et ses collègues ont nourri huit canards colverts avec des milliers d’œufs de deux espèces de carpes envahissantes. Environ 0,2 % des œufs ingérés, soit 18 sur 8 000, étaient intacts après défécation, a constaté l’équipe.

Certains de ces œufs contenaient des embryons frétillants et quelques œufs ont éclos, rapporte l’équipe le 22 juin dans les Actes de l’Académie nationale des sciences. On n’a pas encore vérifié si les œufs survivent de cette manière dans la nature. La plupart des œufs viables ont été expulsés dans l’heure qui a suivi leur consommation, tandis que l’un d’entre eux a mis au moins quatre heures à éclore. Les canards migrateurs pourraient parcourir des dizaines, voire des centaines de kilomètres avant d’excréter ces œufs, selon les scientifiques.

Bien que le nombre d’œufs survivants soit faible, leur nombre peut s’additionner, ce qui fait des déjections d’oiseaux un véhicule important pour la propagation des poissons. Une seule carpe peut relâcher des centaines de milliers d’œufs à la fois, dit M. Vincze. Et il y a un nombre énorme de colverts et d’autres oiseaux aquatiques dans le monde entier qui peuvent se gaver de ces œufs.

Lire l’étude

[/ihc-hide-content]