Quand les yeux des vers repoussent

Photo d'illustration © Eduard Solà

1638
⏱ Lecture 2 mn.

Les planaires ont des capacités étonnantes, dont celle de reconstituer n’importe quelle partie de leur organisme !

Les turbellariés sont des vers plats qui ont des formes libres et parasites d’un seul hôte (poissons, tortues, amphibiens). Ils sont marins pour la plupart. L’organisme le plus connu est la planaire. Les planaires ont des talents pour le moins inhabituels. Si vous coupez un des minuscules vers plats en deux, les deux moitiés repousseront, vous donnant deux vers identiques. Si vous coupez la tête d’un ver plat en deux, deux têtes repousseront. Coupez un œil d’un ver plat – il repoussera. Collez un œil sur un ver plat qui n’a pas d’yeux – il prendra racine. Des morceaux aussi petits qu’un 279e d’un ver plat se transformeront, avec le temps, en de nouveaux vers plats entiers. Dans un article publié dans Science, des chercheurs ont révélé un aperçu fascinant de la façon dont le système nerveux des vers gère cet exploit. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Des cellules spécialisées, rapportent les scientifiques, indiquent la voie à suivre pour les neurones qui s’étendent des yeux nouvellement développés au cerveau du ver, les aidant à se connecter correctement. Les recherches suggèrent que des guides cellulaires cachés dans le corps planaire pourraient permettre aux neurones nouvellement développés du ver de retracer leurs pas. La collecte de ces données et d’autres informations issues de l’étude des vers plats pourrait un jour aider les scientifiques désireux d’aider les humains à régénérer leurs neurones blessés.

María Lucila Scimone, chercheuse au Whitehead Institute for Biomedical Research du M.I.T., a remarqué ces cellules pour la première fois alors qu’elle étudiait Schmidtea mediterranea, un planaire commun aux masses d’eau douce du sud de l’Europe et d’Afrique du Nord. Au cours d’une autre expérience, elle a remarqué qu’elles exprimaient un gène impliqué dans la régénération. L’équipe a regardé de plus près et a réalisé que certaines des cellules liées à la régénération étaient positionnées à des points de ramification clés dans le réseau de nerfs entre les yeux des vers et leur cerveau. Lorsque les chercheurs ont transplanté un œil d’un animal à un autre, les neurones du nouvel œil se développaient toujours vers ces cellules. Lorsque les cellules nerveuses atteignaient leur cible, elles continuaient à se développer le long du chemin qui les menait au cerveau. Le retrait de ces cellules signifiait que les neurones se perdaient et n’atteignaient pas le cerveau. Les cellules semblaient agir comme des guides. Les cellules guides qui indiquent la voie à d’autres cellules jouent un rôle important dans le développement de l’embryon chez de nombreuses créatures.

Mais quand la plupart des animaux deviennent adultes, ces cellules ont généralement disparu depuis longtemps. Chez les vers plats, cependant, les cellules qui jouent ce rôle de guidage existent apparemment chez les adultes. Elles s’organisent probablement le long du trajet entre l’œil et le cerveau en utilisant des signaux provenant des cellules musculaires qui leur indiquent précisément où elles doivent se trouver dans le corps.

Lire l’étude

[/ihc-hide-content]