🔻 Le criquet pèlerin, ce migrateur exceptionnel

Photo d'illustration ©Vladimir Wrangel de Fotolia

1953
Criquet pèlerin (Schistocerca gregaria).
⏱ Lecture 2 mn.

Une étude publiée par la revue Molecular Ecology retrace l’histoire de la séparation des populations de criquets pèlerins pour comprendre les invasions rares et localisées dans les terres arides du sud-ouest de l’Afrique. Elles résulteraient d’une colonisation récente du sud à la suite d’une longue migration d’individus de la population du nord.

Les criquets pèlerins font des ravages dans le nord de l’Afrique et le sud-ouest de l’Asie mais ils sont aussi présents dans les terres arides du sud-ouest de l’Afrique, notamment au Namib, considéré comme le plus vieux désert du monde selon le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad). Des chercheurs du Cirad, de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ont tenté de comprendre les invasions rares et localisées des criquets pèlerins dans le sud-ouest de l’Afrique. Ils ont retracé l’histoire de la séparation de ces populations et ont découvert qu’elle résultait d’une colonisation récente au sud de la répartition actuelle à la suite d’une longue migration d’individus de la population du nord.

Les criquets pèlerins sont connus pour dévaster les cultures aussi bien en Afrique de l’Est et au Moyen-Orient. En revanche, ils n’ont pas le même comportement en Afrique australe. Selon l’étude parue dans la revue scientifique Molecular Ecology, les populations du sud-ouest de l’Afrique pulluleraient moins que leurs cousins du nord. En retraçant l’histoire de la divergence entre les populations du nord et du sud de l’Afrique, les chercheurs ont découvert que le criquet pèlerin n’a pas colonisé l’Afrique après l’expansion de son habitat désertique lors d’un des nombreux épisodes glaciaires qui ont marqué l’ère géologique du Quaternaire. Il s’agirait d’un épisode récent de migration de longue distance. « Il y a environ 2600 ans, un faible nombre de criquets pèlerins aurait franchi les milliers de kms qui séparent les déserts du nord et du sud de l’Afrique, et s’y serait établi… » rapporte le Cirad dans un communiqué.

L’équipe ayant mené les recherches a réalisé des travaux de génétique des populations et a utilisé des méthodes statistiques innovantes qui relèvent de l’intelligence artificielle afin d’arriver à la conclusion que les criquets pèlerins avaient migré il y a environ 2600 ans. La chercheuse du CNRS Marie-Pierre Chapuis explique dans le communiqué que « Les vents dominants de l’époque le long de la côte orientale de l’Afrique étaient favorables. On peut aussi penser qu’il s’agissait, comme aujourd’hui, d’une période d’invasion en Afrique de l’Est, et qu’un ou plusieurs essaims de criquets ailés, à la capacité migratoire exceptionnelle, ont pu atteindre le sud de l’Afrique. »

L’étude reconnaît au criquet pèlerin la qualité d’être un migrateur exceptionnel, « L’invasion actuelle a déjà généré des essaims d’ailés migrants à travers de longues distances : à l’origine concentrée sur la péninsule Arabique, elle a affecté cette année une vingtaine de pays, du Soudan et Kenya à l’ouest jusqu’à l’Inde et le Népal à l’est. Si les insectes ont surtout impacté ces régions, l’ouest du continent africain, jusqu’alors épargné, pourrait également être frappé par des essaims, portés par des vents favorables dans les mois qui viennent. »

Lire l’étude ici