🔻 La Chine continue d’utiliser des écailles de Pangolins malgré l’interdiction gouvernementale

Photo d'illustration © 2630ben de Fotolia

1813
2630ben-Fotoliajpg.jpg
⏱ Lecture 2 mn.

Un rapport de l’Environmental Investigation Agency (EIA) dévoile que la Chine continue d’utiliser les écailles de Pangolins pour produire des traitements médicaux. Ce marché est toujours actif malgré l’interdiction par le gouvernement chinois d’inscrire les écailles de pangolin sur la liste officielle des ingrédients approuvés en médecine traditionnelle chinoise.

Les entreprises chinoises continuent de produire et vendre des traitements médicaux réalisés à base de kératine, présente dans les écailles de Pangolin, selon un nouveau rapport de l’Environmental Investigation Agency (EIA). L’organisation non gouvernementale révèle que les écailles de l’animal sont toujours présentes dans huit des médicaments brevetés de la pharmacopée chinoise 2020, un ouvrage de référence pour les praticiens de la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Et ce malgré l’interdiction du gouvernement chinois d’inscrire les écailles de Pangolin sur la liste officielle des ingrédients approuvés en MTC et le plus haut niveau de protection nationale de trois espèces depuis juin 2020 : le pangolin à courte queue (Manis pentadactyla), le pangolin javanias (Manis Javanica) et le grand pangolin d’Inde (Manis crassicaudata).

L’EIA a signalé seulement quelques jours après l’interdiction de l’utilisation des écailles de pangolins que certaines entreprises continuaient d’incorporer la kératine présente dans les écailles de l’animal dans leurs produits. Le 13 octobres 2020, l’ONG a publié un rapport pour développer ses conclusions. Il révèle que 56 entreprises chinoises produisent activement et font de la publicité pour 64 médicaments contenant des écailles de pangolin, et que 165 autres entreprises et 713 hôpitaux sont actuellement autorisés à fabriquer et à vendre ces produits. Parmi elles, China Beijing Tong Ren Tang Group Co. Ltd, la plus grande entreprise pharmaceutique de MTC du pays, qui possède des filiales dans de nombreuses régions du monde, ainsi que des actionnaires de grands fonds d’investissement européens et américains, indique le rapport. Les produits à base de Pangolin sont disponibles sur le site internet des entreprises et même sur des plateformes de commerce en ligne dont ebay.

Le rapport de l’EIA suggère également que le régime d’assurance national chinois continue de couvrir les médicaments à base de pangolin, malgré l’annonce faite par le gouvernement chinois en 2019 que l’assurance cesserait cette couverture. Par conséquent, les auteurs du rapport montrent que le commerce n’a pas été interdit malgré les interdictions et le statut de protection national des trois espèces. À noter que les huit espèces de pangolins sont protégées par l’annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d’extinction (CITES). Cette annexe interdit le commerce sauf dans des circonstances exceptionnelles, mais cette régulation n’interdit pas le commerce intérieur en Chine.

Bien que le rapport de l’EIA suggère que toutes les mesures réglementaires ont été jusqu’à présent inefficaces, les équipes de la China Biodiversity Conservation and Green Development Foundation (CBCGDF), une organisation environnementale non gouvernementale affirme qu’il y a eu des progrès majeurs dans la conservation du Pangolin en Chine. Cette ONG a contribué à faciliter les mesures de protection des pangolins en Chine. Elle estime que la suppression d’un des traitements à base de Pangolin de la couverture nationale est une mesure positive.

Lire le rapport de l’EIA