La nocivité de la pêche électrique clairement établie (1 mn)

Photo © Bernard-GIRARDIN-Fotolia

1697
⏱ Lecture 2 mn.

Une nouvelle étude britannique dresse un sombre tableau de l’impact sur les écosystèmes de la pêche électrique, qui réduit de moitié les espèces des fonds marins.

Nouveaux rebondissements dans le feuilleton de la pêche électrique: alors que les Pays-Bas ont saisi, le mercredi 9 octobre 2019, la Cour de Justice de l’Union européenne pour obtenir l’annulation de l’interdiction de la pêche électrique, le CEFAS (Centre for Environment, Fisheries and Aquaculture Science), équivalent britannique de l’IFREMER français, a publié un rapport dénonçant les ravages de la pêche électrique sur la base de preuves scientifiques. « C’est la première à étudier l’impact de la pêche électrique dans le milieu naturel« , précise l’association Bloom dans un communiqué, grâce à qui l’interdiction de cette méthode avait pu être obtenue. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

L’étude a été menée dans deux zones comparables au sud de l’Angleterre, l’une régulièrement exploitée par les chalutiers électriques et l’autre non. « Le résultat est sans appel, la zone électrifiée étant moins riche en espèces et en nombre d’individus. » Ainsi Les prises effectuées par le chalut de fond montrent qu’il y a 57% d’espèces en moins, tandis que celles des chaluts à panneaux révèlent quant à elles une réduction de 21%. Les soles, l’espèce ciblée par les chalutiers électriques, sont 2,6 fois moins nombreuses dans leur zone d’activité, tandis que 17 espèces de fond ont carrément disparu. En revanche la zone électrifiée connaît une invasion d’ophiures fragiles et de bernard-l’hermite, des espèces détritivores et charognardes, signe d’un stress général de l’écosystème.

« Ce résultat confirme les propos des pêcheurs artisans de la Mer du Nord, qui se plaignent depuis des années de l’état quasi désertique des fonds marins après le passage des chalutiers électriques, souligne Bloom. Il corrobore également la chute drastique des captures de soles par les artisans ces dernières années. »

Le rapport

[/ihc-hide-content]