Les oiseaux chantent, l’avion passe (1 mn)

Photo © ThePixelman de Pixabay

1122
⏱ Lecture 2 mn.

Une analyse globale de près d’un million d’enregistrements provenant de 48 parcs nationaux des États-Unis montre que les oiseaux vocalisent davantage en présence du bruit des avions.

Comment réagissent les oiseaux au bruit ? C’est la question que s’est posée une équipe de scientifiques du Service des Parcs Nationaux américains, en penchant plus particulièrement sur la réponse vocale des oiseaux au bruit. Ils ont pour cela effectué une analyse approfondie de près d’un million d’échantillons de vocalisations d’oiseaux recueillis dans 48 parcs nationaux des États-Unis entre 2011 et 2017. Leurs conclusions ? Au lieu d’atténuer la vocalisation des oiseaux, le passage d’un avion l’augmente. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Dans un clip audio de 10 secondes, les chances d’entendre un oiseau augmentaient de 2 % lorsqu’un avion passait également. La question plus vaste que soulèvent ces résultats est celle-ci : quelles sont les conséquences potentielles signifie de l’augmentation du trafic aérien pour les oiseaux ? Le son associé aux avions à réaction mesure entre 120 et 140 décibels, en fonction de la distance à la source. Chez les humains, une exposition régulière à des sons supérieurs à 85 décibels peut entraîner une perte auditive. Habituellement, les oiseaux se fient davantage aux repères visuels qu’aux sons, cependant ces derniers sont toujours essentiels pour la surveillance et la cartographie de l’environnement. D’autres études internationales ont récemment montré, à plus petite échelle, que les oiseaux augmentaient leurs chants lors du passage des avions.

Les scientifiques ne sont pas sûrs d’en connaître la raison : les oiseaux peuvent compenser la diminution de leur capacité à communiquer, ou tout simplement chanter en réponse au stimuli des bruits d’avions, comme ils le font pour d’autres sons d’origine naturelle. Mais chanter a un coût, et « répondre » aux bruits d’avions pourrait par exemple diminuer la capacité d’attirer des partenaires ou de protéger le territoire. Les oiseaux qui dépensent plus d’énergie à chanter devront peut-être réduire leurs tâches importantes comme la recherche de nourriture. Et si les oiseaux peuvent s’habituer à ces sources de bruits forts, cela ne signifie pas pour autant qu’il ne génère plus de stress chez eux…

[/ihc-hide-content]