Les mammifères marins se portent mieux… quand ils sont protégés ! (2 mn)

Photo © Geza-Farkas-Fotolia

1597
Dauphins communs
⏱ Lecture 2 mn.

Une étude publiée sur le site BioRxiv (Bioarchiv) montre que les populations de mammifères marins inscrites sur la liste américaines des espèces protégées (Endangered species act) se reconstituent vigoureusement. Des résultats précieux à l’heure où l’administration Trump veut en finir avec cette loi…

La loi américaine sur les espèces menacées d’extinction (Endangered Species Act, ESA) est l’une des lois environnementales les plus rigoureuses au monde pour protéger les plantes et les animaux en péril, et un nombre croissant d’espèces marines ont été protégées en vertu de cette loi, Les mammifères marins et les tortues marines représentent 36 % des 161 espèces marines inscrites sur la liste de l’ESA, mais les analyses des tendances du rétablissement après l’inscription sur la liste font défaut. Dans l’étude publiée par BioRxiv, les chercheurs ont compilé les meilleures estimations annuelles de population disponibles pour tous les 33 espèces de mammifères marins et les 29 espèces de tortues marines inscrites dans l’ESA. Ils ont analysé quantitativement les tendances des populations, l’ampleur des changements démographiques et l’état de rétablissement des populations représentatives de 23 mammifères marins et de 9 tortues de mer, qui ont été répertoriés pendant plus de cinq ans, qui se trouvent dans les eaux américaines, et dont la qualité et la durée des données sont suffisantes pour effectuer des analyses des tendances. En utilisant des modèles linéaires et non linéaires généralisés, ils ont constaté que les populations de 78 % des mammifères marins et de 78 % des tortues marines ont augmenté de façon significative après leur inscription ; 13 % des mammifères marins et 22 % des tortues marines ont subi des changements non significatifs ; tandis que 9 % des mammifères marins (mais aucune tortue marine), ont vu leur population diminuer malgré leur protection. Dans l’ensemble, les espèces dont les populations ont augmenté en abondance ont été inscrites pendant 20 ans ou plus (par exemple les grandes baleines, les lamantins et les tortues de mer). Les mesures de conservation déclenchées par l’inscription sur la liste de l’ESA, telles que la fin de l’exploitation, la gestion adaptée des espèces et la réglementation des pêches, entre autres, semblent avoir largement réussi à promouvoir le rétablissement des espèces, ce qui a entraîné le retrait de certaines espèces de la liste et l’augmentation du nombre de la plupart des espèces. Ces résultats soulignent la capacité des mammifères marins et des tortues de mer à se rétablir d’un déclin substantiel des populations lorsque les mesures de conservation prévues par l’ESA sont mises en œuvre de manière opportune et efficace.