Pour sauver les grands carnivores d’Alaska, il faudra changer de politique ! (1 mn 30)

Photo © md3d - Fotolia

1602
⏱ Lecture 2 mn.

La gestion des grands carnivores en Alaska devrait être fondée sur des données scientifiques rigoureuses et sur la surveillance de l’état et des tendances des populations de carnivores, selon un article publié le 15 janvier dans la revue scientifique PLOS Biology par des chercheurs de l’Oregon State University.

La plupart des politiques gouvernementales de gestion de la faune dans le monde reconnaissent maintenant que les prédateurs du sommet de la chaine trophique ont une valeur intrinsèque et fournissent des services écosystémiques d’une importance vitale. Pourtant, la plupart des règlements de chasse de l’Alaska visent à réduire l’abondance des loups gris et des ours bruns et noirs dans l’espoir d’augmenter les prises humaines d’orignaux, de caribous et de cerfs. La priorité de gestion des ongulés sauvages par rapport aux grands carnivores à l’échelle de l’État a été prescrite dans la loi sur la gestion intensive de 1994 de l’Alaska. Les efforts de gestion intensive de l’Alaska sont non seulement désuets, soutiennent les auteurs de l’étude, mais aussi mis en œuvre sans programmes de surveillance efficaces pour en évaluer scientifiquement les impacts sur les populations et les écosystèmes prédateurs.

Selon eux, la gestion scientifique des grands carnivores nécessitera l’abrogation de la loi sur la gestion intensive de l’Alaska et/ou l’adoption de programmes de gestion qui organisent une surveillance adéquate des carnivores et des ongulés. De plus, le gouverneur de l’Alaska Board of Game, qui établit les règlements de chasse, devrait nommer des membres qui reconnaissent l’importance des grands carnivores pour le fonctionnement de l’écosystème, l’économie de l’État et les amateurs d’observation de la faune.

Des campagnes d’information et d’autres efforts de la part des citoyens et des organisations non gouvernementales concernés sont probablement nécessaires pour remédier aux pratiques de gestion actuellement malsaines des grands carnivores en Alaska. « Une gestion scientifique éclairée à l’échelle des écosystèmes est nécessaire pour permettre à l’Alaska d’éviter les erreurs passées dans la gestion des prédateurs », résume William Ripple, le premier signataire de l’étude.