Projet de loi de finances : un manque d’ambition pour la biodiversité (1 mn)

Photo © Frauke Feind de Pixabay

1323
⏱ Lecture 2 mn.

Suite au vote du projet de loi de finances pour 2020, Humanité et biodiversité regrette un manque d’ambitions et de moyens financiers et humains dans les objectifs à atteindre.

Le 20 novembre dernier, l’Assemblée Nationale a voté le projet de loi de finances (PLF). La biodiversité a été évoquée comme une priorité de l’action gouvernementale. Un effet d’annonce qui cache encore « un manque d’ambition en matière de financements pour la préservation de la biodiversité« , a regretté dans un communiqué l’association Humanité et Biodiversité, qui affirme les moyens humains et financiers n’y sont pas. D’un côté, le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire et ses opérateurs, verront leurs effectifs diminuer de plus de 1 000 emplois en 2020, « une baisse que nous ne pouvons que regretter au vu des enjeux actuels. » [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

De l’autre, si le budget du programme concernant la biodiversité sera légèrement rehaussé en 2020, c’est pour être en grande partie affecté à la création de l’Office Français pour la Biodiversité, « pour compenser les pertes financières liées notamment à la réduction du prix du permis de chasse. » La situation la plus inquiétante en 2020, selon l’association, sera celle des Agences de l’eau, qui se verront « contraintes de remplir des missions toujours plus importantes avec un budget limité« , une baisse d’emplois, et une « charge supplémentaire créée pour percevoir les redevances cynégétiques initialement recouvrées par l’ONCFS« . Humanité et Biodiversité salue en revanche l’inclusion de certains objectifs qui n’étaient pas présents dans le PLF initial: la réduction des subventions néfastes à l’environnement et la biodiversité et la lutte contre l’artificialisation des sols, entre autres. Et célèbre « deux victoires notables« :  » la réorientation du dispositif Pinel en faveur de l’habitat collectif » et « la suppression de la taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties pour les tourbières« .

[/ihc-hide-content]