« Grand débat » : la biodiversité fait recette (2 mn)

1966
⏱ Lecture 2 mn.

Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la transition écologique, a participé au débat sur la biodiversité organisé par ONG et de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), qui a réuni plus de 250 personnes à la mairie du XVème arrondissement de Paris. 

 « Faire évoluer les règlements de copropriété pour que la biodiversité puisse être accueillie au cœur des villes… Végétaliser les pieds d’arbre… Protéger les forêts du grand Paris et protéger les arbres anciens… Végétaliser les rues de Paris pour un retour des oiseaux… Lutter contre l’artificialisation des sols… Ouvrir les espaces verts privés au public… Identifier et protéger les espèces locales qui permettent le fonctionnement des services éco-systémiques… Intégrer la biodiversité dans les constructions… » Il n’aura fallu qu’un quart d’heure, lundi dans la salle des fêtes de la mairie du XVème arrondissement, pour que ces premières propositions soient formulées.  Et pendant deux heures, les 250 participants à ce débat ont émis plus de 60 idées qui serviront à alimenter le « grand débat national » initié par le gouvernement à la suite du mouvement des Gilets jaunes.

Le gouvernement était d’ailleurs représenté à cet échange par Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la transition écologique et solidaire et coordonnatrice du Grand débat. Venue pour écouter, la secrétaire d’Etat a néanmoins pris brièvement la parole à l’issue des échanges et a précisé notamment les objectifs du gouvernement en matière de politique de la chasse (l’un des sujets de préoccupation exprimés par le public), sans toutefois rassurer totalement les ONG organisatrices sur la notion de « gestion adaptative » ni sur le fonctionnement du comité d’expert chargé de la mettre en œuvre.

La ministre a également indiqué avoir bien entendu toutes les propositions des participants à l’échange, structurées en quatre thèmes : la nature en ville, l’aménagement du territoire, la protection des espèces animales (sauvages et domestiques) et les actions de protection de la biodiversité au quotidien.

La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) qui était à la manœuvre pour organiser la manifestation avec le soutien de 12 autres ONG, s’est engagée à « faire remonter » l’ensemble de ces propositions sur le site officiel du Grand débat national.

France Nature Environnement (FNE), d’ordinaire partenaire de ce collectif d’ONG, avait choisi de bouder cette initiative. Paradoxalement, FNE diffusait pourtant le même jour un communiqué dans lequel il indiquait : « Nombre de français sont prêt à s’engager beaucoup plus loin dans la transition écologique et solidaire. Avec eux, France Nature Environnement demande plus d’écoute de leurs propositions et plus de cohérence dans les politiques menées ».