« Montagne d’or » : les créations d’emplois surévaluées ? (2 mn 30)

Photo © Unclesam-Fotolia

1739
⏱ Lecture 2 mn.

Une étude réalisée par le cabinet d’études DME pour le WWF France révèle que la Compagnie Montagne d’Or (CMO) a largement surestimé les retombées économiques du projet : il devrait créer deux fois moins d’emplois que ce qu’elle annonce depuis plusieurs mois.

Le Président de la République rappelait le 1er février dernier qu’il ne pouvait soutenir la Montagne d’Or, projet qui selon ses propres mots ne répond « pas aux standards environnementaux  et présente des créations d’emplois incertaines », au moins dans son état actuel. Le WWF France, qui soutient que ce projet est une aberration écologique et un mirage économique, présente une nouvelle étude quivient confirmer le non-sens économique du projet Montagne d’Or et les conclusions des précédents rapports publiés ces derniers mois, notamment l’étude intersectorielle réalisée par Deloitte Développement Durable. L’industrie minière en général, et le projet Montagne d’Or en particulier, ne permettront pas le développement durable du territoire guyanais. L’étude réalise une analyse multisectorielle de l’économie guyanaise afin de mesurer la valeur ajoutée et l’emploi que devrait générer le projet Montagne d’Or.  Elle démontre ainsi qu’un emploi créé par Montagne d’Or n’en génèrera pas 4 autres dans l’économie locale, contrairement aux annonces du promoteur qui s’appuyait sur un simple benchmark. Selon DME, l’impact du projet sur l’emploi sera deux fois plus faible que celui estimé par la Compagnie Montagne d’Or (CMO) car ce projet nécessiterait beaucoup de capital mais peu de main d’œuvre.

Par ailleurs, ce rapport démontre le faible ancrage local du projet. 83% de la demande totale (investissement et consommation induite) serait satisfaite par des importations (contre 23% en moyenne dans l’économie guyanaise). Les effets d’entraînement des investissements du projet sur la création de richesse en Guyane seraient presque 5 fois plus faibles que ceux générés par un investissement moyen dans le reste de l’économie, tandis que les effets sur l’emploi sont pour leur part 16 fois plus faibles. Pour un chiffre d’affaires équivalent, le projet distribuerait presque deux fois moins de revenus aux ménages et aux entreprises que les autres activités locales et emploierait deux fois moins de travailleurs. Les effets sur la richesse et l’emploi en Guyane seraient donc bien plus limités que ceux annoncés par la Compagnie Montagne d’Or (CMO).

Enfin, ce rapport souligne le risque que ce projet fait peser sur les finances publiques. Si les dépenses fiscales de l’Etat pour Montagne d’Or sont certaines, les recettes potentielles du projet sont au contraire aléatoires.  En effet, d’une part, le projet devrait bénéficier d’un crédit d’impôt de 216 millions d’euros alors que, d’autre part, le revenu imposable de la société sera soumis à de nombreuses fluctuations (diminution du cours de l’or, appréciation de l’euro contre dollar, augmentation des charges d’investissement, augmentation des charges courantes d’exploitation) et pourra faire l’objet de stratégies d’optimisation fiscale.

« Cette étude, conclut le WWF-France, ne fait que confirmer que le projet Montagne d’Or, en plus d’être un désastre écologique, est un mirage économique qui ne permettra pas le développement du territoire guyanais ».

DME est un cabinet d’études et de conseils économiques qui intervient principalement dans les régions ultramarines. Il réalise des prévisions, des évaluations de politiques publiques et des études d’impact socio-économiques.

Lire l’étude de DME