Le contre la baisse des effectifs des parcs nationaux (1 mn)

2163
⏱ Lecture < 1 mn.

Dans une lettre à Nicolas Hulot, le SNE – FSU déplore une perte de 20% des effectifs de Parcs nationaux depuis 2009, mettant en péril la préservation de la biodiversité en France.

Le Syndicat National de l’Environnement (SNE) – FSU a adressé un courrier au Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire pour que les effectifs des Parc nationaux cessent de diminuer. Le syndicat y pointe une contradiction entre l’augmentation de la charge de travail des agents, notamment depuis la loi de 2006 qui a réformé le statut des parcs, et « les différentes politiques de réductions des effectifs [qui] ont conduit les parcs à subir des pertes d’environ 20% de leurs effectifs ». Ce sous-effectif se solde, d’après le SNE, par un danger : « les parcs nationaux ne peuvent plus remplir leurs missions ». Pourtant, leurs objectifs de préservation de la biodiversité et des paysages sur près de 10% du territoire français, ainsi que de sensibilisation d’environ 8,5 millions de visiteurs annuels apparaissent indispensables. Aussi le syndicat condamne-t-il ce qu’il assimile à un travail de sape de la part du gouvernement, soulignant que « c’est ce qui a conduit presque tous les comités techniques des parcs nationaux à voter contre le rattachement à l’Agence Française pour la Biodiversité il y a un mois. » Afin de pouvoir sauver « le lièvre variable ou le grand tétras du réchauffement climatique », tout comme historiquement les parcs nationaux ont permis de sauver le bouquetin des Alpes et le gypaète barbu ; le SNE, appuyé par tout le personnel des dix parcs nationaux français, demande de « défendre un moratoire de 5 ans sans aucune baisse d’effectif », et conclut en sollicitant un rendez-vous auprès de Nicolas Hulot.

Lire le courrier