🔻 Regain de population des thons rouges du sud, mais l’Indonésie continue à surpêcher

Photo d'illustration ©-lunamarina-Fotolia

1993
⏱ Lecture 2 mn.

Nouvelles mitigées en provenance de la Commission pour la conservation du thon rouge du sud: les objectifs de reconstitution de la population reproductrice de l’espèce devraient être atteints d’ici 2035. Toutefois, le Japon continue sa politique de surpêche.

La réunion annuelle de la Commission pour la conservation du thon rouge du sud (CCSBT) s’est tenue la semaine dernière. Les délégués en ligne ont accueilli avec satisfaction la nouvelle selon laquelle l’objectif de la Commission en matière de reconstitution de la population reproductrice du thon rouge du sud, qui consiste à revenir à 30 % de sa taille non pêchée, est en bonne voie d’être atteint d’ici 2035. Toutefois, cette nouvelle positive a été quelque peu éclipsée par les délibérations sur le dépassement par l’Indonésie de son total admissible de captures (TAC) pour 2019 et 2020.

Le total combiné des prises excédentaires de l’Indonésie à ce jour est de 232,76 tonnes, mais les représentants du gouvernement présents à la réunion ont déclaré que le pays ne réduirait pas sa capacité de pêche pour le reste de l’année 2020 et qu’il s’attendait même à capturer entre 1 600 et 1 800 tonnes de thon rouge du sud, soit environ 950 tonnes de prises excédentaires pour 2019 et 2020 réunies.

« L’Indonésie compromet sérieusement les efforts combinés des autres gouvernements membres de la CCSBT pour reconstituer les stocks de thon rouge du Sud qui étaient dans une situation périlleuse il y a quelques années, jusqu’à ce que des restrictions plus importantes soient mises en place« , a déclaré Glenn Sant, conseiller chargé du commerce et de la traçabilité des produits de la pêche pour l’ONG TRAFFIC. « L’accent doit rester sur la stratégie de reconstitution des stocks pour revenir à un niveau pouvant être considéré comme biologiquement sûr et il n’est donc pas temps d’augmenter les captures, que ce soit unilatéralement ou par accord« .

TRAFFIC et d’autres ONG ont exhorté les membres de la CCSBT à s’attaquer au non-respect des règles par l’Indonésie et à ce que le pays rembourse les prises excédentaires, conformément à la politique de mesures correctives, faute de quoi cela créera un précédent pour d’autres pays et pourrait saper la base de la procédure de gestion de la CCSBT. Les ONG ont en revanche approuvé le maintien du TAC global à 17 647 tonnes par an pour la période 2021 à 2023, soit le même que le TAC pour la période 2018 à 2020.