🆓 Abattage des bouquetins du Bargy : c’est reparti (1 mn)

Photo © FelixMittermeier de Pixabay

1593
⏱ Lecture 2 mn.

La Préfecture de Haute-Savoie prévoit d’autoriser la destruction indiscriminée de 20 bouquetins en plus de la capture de 50 autres qui seraient testés et euthanasiés pour ceux reconnus positifs à la Brucellose. La LPO s’y oppose.

Comme un air de déjà-vu : la préfecture de Haute-Savoie a émis un projet d’arrêté autorisant sur l’ensemble du massif du Bargy la capture, l’euthanasie de bouquetins séropositifs en vue de la constitution d’un noyau sain et ordonnant le prélèvement de bouquetins présents sur la zone cœur du massif (Petit Bargy, Grand Bargy, Jallouvre Peyre), pour maîtriser l’enzootie de brucellose au sein de cette population, ceci afin de « prévenir les dommages à l’élevage et aux filières agricoles de montagne« .

50 bouquetins pourront être capturés sur l’ensemble du massif, avec euthanasie des animaux testés séropositifs, et 20 animaux supplémentaires, non marqués, pourront être détruits de façon indiscriminée dans la zone cœur du massif (petit Bargy, Grand Bargy, Jallouvre-Peyre).

La Ligue pour la Protection des oiseaux (LPO), qui comme chaque année s’oppose à cet arrêté, rappelle dans un communiqué que le bouquetin des Alpes est une espèce protégée au niveau international. « S’il est concevable que l’euthanasie d’animaux séropositifs avérés contribue à réduire un foyer infectieux, la destruction d’individus sains n’est pas acceptable. Or, avec un taux de prévalence maximal d’environ 20% et une absence générale de signes symptomatiques, 4 bouquetins abattus sur 5 seront des individus sains. » L’ONG précise que « le caractère préventif d’une telle mesure n’a pas fait ses preuves » et que « l’abattage indiscriminé en zone cœur […] désorganise la hiérarchie sociale dans les hardes et contribue à la contamination de davantage d’individus, comme cela a été constaté à la suite des abattages massifs de 2013 et 2015. »

Une consultation publique a été mise en place afin de recueillir l’avis des citoyens. Elle est ouverte jusqu’au 20 mai.

La consultation publique