Campagne sur des bus contre les orques et dauphins en captivité (1 mn)

1690
⏱ Lecture 2 mn.

Un orque et un dauphin dans une baignoire trop petite : ce photomontage est placardé depuis jeudi 18 juillet par l’association « C’est Assez » sur les autobus de Nice, la ville voisine du parc d’attraction Marineland d’Antibes, et le sera aussi en août à Nantes, près du zoo Planète Sauvage.

Déjà utilisé dans le métro parisien en 2017, un visuel montrant un orque et un dauphin dans une baignoire trop petite s’affichera du 18 au 31 juillet et du 8 au 22 août sur les bus niçois, et du 15 au 22 août sur ceux de Nantes. « Pour nous, un divertissement éphémère. Pour eux, une vie d’esclave et de souffrance. Changeons notre regard sur les delphinariums !« , proclame l’affiche, sans mentionner les parcs visés. Les passants sont invités à faire des selfies devant les bus et à relayer le message sur les réseaux sociaux. Le Marineland d’Antibes fait sa publicité sur de l’affichage urbain, avec un slogan: « Rencontrer un jour. Protéger toujours« . [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

L’association « C’est Assez », à l’origine d’une plainte pour maltraitance contre le Marineland pour les conditions de vie des dauphins, a prévu de manifester trois samedis de l’été devant le parc, au moment où les visiteurs sortent de la séance nocturne, pour protester contre la présence de deux ours polaires dans le spectacle. « C’est comme mettre des lémuriens au Groënland!« , s’indigne Emmanuelle Sultani. « Quand on sait que la température de l’air est montée à 37°C, quel effet ça fait la canicule à ces animaux ?! » « Nos ours ont accès à des grottes de glace 24h/24, il y a deux piscines d’eau de mer à 14°C et des cavernes réfrigérées et climatisées à 20-21°C« , répond Pascal Picot, le directeur général du Marineland. A cette période de l’année, « les ours du Nord canadien sont exposés à une température de 25°C, la banquise a fondu et ils chassent près des habitations, notamment dans des décharges« . « Nos installations sont contrôlées par les services de l’Etat, qui n’ont relevé aucune anomalie« , ajoute-t-il. Dans sa plainte de 2019, l’association affirmait que les dauphins vivent dans « des bassins trop petits, sans ombre et pleins d’algues vertes« . Des accusations qualifiées d' »extravagantes et calomnieuses » par le parc d’attraction, qui reçoit jusqu’à 10.000 visiteurs par jour en été.

[/ihc-hide-content]