Halte aux scolytes ! (1 mn 30)

Photo © agege-via-Pixabay

1428
⏱ Lecture 2 mn.

L’ONF se mobilise pour enrayer la progression des scolytes, des insectes ravageurs, qui s’attaquent aux forêts d’épicéas dans les forêts du nord-est de la France et de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les scolytes sont des insectes ravageurs qui creusent des galeries sous l’écorce des arbres, coupant la circulation de la sève et conduisant à la mort prématurée des peuplements d’épicéas des forêts de plaine. Une épidémie de scolytes a commencé en France dans la région Grand Est, où on estime à 400 000 m3 le volume d’épicéas attaqués en 2018 par le coléoptère, à la faveur de conditions climatiques extrêmes. En effet, les effets conjugués du printemps et de l’été 2018, exceptionnellement chauds et secs, ont entraîné la prolifération de scolytes. Ils progressent désormais sur la quasi-totalité des forêts d’épicéas de la moitié nord de la France (Bourgogne-Franche-Comté, Hauts-de-France, Normandie). Des foyers ont également été localisés en Haute Savoie, en Isère et dans le Massif Central. Fin avril 2019, on estime à 50% le volume d’épicéas scolytés en France. Par ailleurs, un champignon accompagne généralement les scolytes et bleuit le bois mort, le rendant impropre à une utilisation pour la filière bois (les épicéas servent de bois de charpente et de menuiseries). Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, l’Office Nationale des Forêts (ONF) et les collectivités locales ont commencé à réaliser une cartographie de la progression de la maladie grâce à l’imagerie satellite. « Ces méthodes, fondées sur un système de télédetection, nécessitent l’acquisition de données de référence sur des secteurs dont la situation au sol est connue« , explique l’ONF dans un communiqué. Autre initiative pour affiner la connaissance du phénomène : la mise en place de pièges au printemps 2019 par le département de la santé des forêts pour suivre les envols de scolytes dans les pessières, et mieux coordonner les zones d’intervention prioritaires. « Si aucun traitement sanitaire n’existe pour enrayer la crise, il est nécessaire […] d’évacuer au plus vite les bois malades afin d’interrompre le développement des larves et éviter ainsi toute contamination supplémentaire. » En complément, un outil d’aide aux gestionnaires forestiers, le « guichet scolytes », leur permettra bientôt de centraliser l’ensemble des relevés terrains. « La seule alternative pour limiter l’expansion de cette épidémie étant l’enlèvement rapide des bois, desopérations exceptionnelles de coupes et travaux vont être réalisées, et encadrées par l’ONF dans les forêts publiques, poursuit le communiqué. Pour les peuplements les plus impactés, des coupes rases peuvent être envisagées, tout en veillant à la préservation des sols, des vestiges, des sites mémoriels et des espaces naturels. » L’enjeu au long terme pour les forestiers est de remplacer les peuplements d’épicéas par d’autres essences locales capables de s’adapter à la spécificité des milieux et au changement climatique.