Loup en expansion, ours en consultation (3 min)

1851
⏱ Lecture 3 mn.

Les loups sont désormais au moins 430 individus en France, d’après le dernier décompte de l’ONCFS. De son côté, l’ours brun comptera bientôt deux nouveaux individus dans les Pyrénées : une consultation publique a été ouverte sur le sujet.

Le lundi 25 juin était, en quelque sorte, la journée des grands prédateurs en France : le dernier recensement de la population de loups de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) est tombé, et l’Etat a ouvert une consultation auprès du public sur le projet d’introduction de deux ourses dans les Pyrénées Atlantiques. Sur le territoire national, les loups sont désormais au moins 430 individus. C’est la conclusion du suivi hivernal 2017/2018 du réseau Loup/lynx de l’ONCFS, fondée sur le traitement de 757 indices de présence : traces et empreintes, observations visuelles, piégeage photographique et dépouilles. Estimés à 360 individus en 2017, les loups continuent donc leur expansion démographique, avec un taux de croissance annuel de près de 20%. Par ailleurs, « le nombre de ZPP (zone de présence permanente) augmente lui aussi très nettement, passant de 57 ZPP détectées en sortie d’hiver 2016-2017 à 74 ZPP en sortie d’hiver 2017-2018, précise l’ONCFS dans un communiqué. Cela représente une augmentation de 30%. » 57 meutes sont désormais constituées, soit une progression de 35% par rapport à l’an dernier. « En conclusion, tous les indicateurs dont dispose le réseau Loup/Lynx de l’établissement public (meutes, loups en phase de colonisation, populations de loups) indiquent que l’espèce est en phase d’expansion rapide sur l’ensemble du territoire national, mais qu’elle n’a pas encore atteint le seuil de viabilité prévu par le Plan national d’action (PNA) Loup fixé à 500 individus. » Ces nouveaux chiffres devraient être utilisés pour revoir à la hausse les quotas d’abattage annuels prévus par le plan loup, dont le plafond sera fixé à 10% de l’effectif global à partir de 2019.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, les services de l’Etat ont lancé une consultation d’un mois via internet sur le projet d’introduction de deux ourses, qui divise le département. Cette consultation sur le site, qui se terminera le 25 juillet, « n’est pas une enquête publique, aucun avis ne sera rendu », avait prévenu devant la presse le préfet Gilbert Payet, précisant avoir déjà envoyé le 18 juin son rapport définitif au ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. C’est « un rapport de 30 pages avec 150 pages d’annexes, le fruit de 25 réunions avec une centaine d’acteurs du territoire, bergers, élus, syndicats agricoles, et 40 réunions internes avec les services de l’Etat », avait détaillé M. Payet. Ce rapport, selon lui, porte sur le  « suivi des ourses » et le « renforcement des mesures de protection des troupeaux ». Pour le suivi des ourses, des nouvelles technologies devraient être employées, la durée de vie des colliers émetteurs étant liée à celle des batteries, soit environ deux ans. Parmi les mesures de protection préconisées, le rapport envisage la présence de chiens de berger, celle de bergers ou aides bergers sur place et l’installation de parcs ou cabanes autour des zones à ours, a développé le préfet, soulignant que ces mesures seraient financées par des fonds européens en partie ou en totalité. Nicolas Hulot doit se rendre dans les Pyrénées-Atlantiques pour présenter son projet mais aucune date n’a été fixée officiellement et le préfet disait l’ignorer, tout en estimant que « les conditions de cette visite sont réunies » même si elle risquait d’avoir « pour seul effet de raviver les opposants ». Selon le décompte du Réseau Ours brun, l’effectif des ours bruns était d’au moins 43 individus en 2017, sur deux zones (Pyrénées occidentales et Pyrénées centro-orientales). Les études montrent que la population doit être d’au moins 50 individus matures pour être viable dans les Pyrénées françaises, avec notamment l’existence d’échanges entre les différents noyaux de population afin de réduire les problèmes de consanguinité.

Le bilan du suivi hivernal des loups de l’ONCFS

La consultation publique sur l’introduction des ourses