Loup : un « super-préfet » pour le plan d’actions national (1 min)

©-Gamut-Fotolia

1631
⏱ Lecture 2 mn.

Le préfet coordonnateur du Plan loup, celui de la région Auvergne-Rhône-Alpes, est désormais doté de compétences lui permettant de maîtriser les tirs de loups autorisés.

Après avoir été en consultation publique, le décret renforçant les missions du préfet coordonnateur du plan d’actions national sur le loup a été publié le 13 septembre dernier. Le préfet coordonnateur pourra désormais sélectionner les territoires sur lesquels les tirs de prélèvement de loups, simples ou renforcés, peuvent être autorisés par les préfets ; tandis que sur certains territoires, à partir du 1er septembre et jusqu’au 31 décembre, il pourra suspendre les autorisations de ces prélèvements, ainsi que celles de tirs de défense, en tenant compte du plafond maximal de loups à abattre annuellement. Si ce dernier est atteint avant la fin de l’année civile, le préfet coordonnateur pourra l’augmenter dans la limite de 2% de l’effectif moyen de loups, uniquement pour des tirs de défense. En cas de situation exceptionnelle, le préfet coordonnateur pourra outrepasser le plafond de prélèvement annuel en autorisant les tirs de défense simple toute l’année et sans limite. Il portera une attention particulière sur les fronts de colonisation du loup où les mesures de protection des troupeaux sont difficiles à mettre en place (Aveyron, Lozère, Tarn) et pourra décider que ces dernières ne sont plus une condition préalable aux tirs de loups. Enfin, le préfet coordonnateur se chargera d’affecter les moyens mobiles de l’Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS).

Un arrêté du Premier ministre, publié le même jour que le décret, reconduit le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans la fonction de préfet coordonnateur du plan d’actions national sur le loup jusqu’à fin 2023. L’actuel préfet coordonnateur, Stéphane Bouillon, vient juste d’activer l’une de ses compétences en permettant au département des Alpes-de-Haute-Provence de recourir aux tirs de prélèvement à compter du 1er septembre.