Oies cendrées : les chasseurs râlent, l’Oncfs rationalise le débat

Photo © Corine Fotolia

1461
⏱ Lecture 2 mn.

Alors que 1.000 chasseurs de Charente-Maritime ont manifesté contre l’interdiction de la chasse aux oies cendrées en février, l’Oncfs a fait valoir plusieurs études scientifiques montrant que leur migration prénuptiale débutait dès le mois de janvier.

Plus de 1.000 chasseurs se sont rassemblés samedi 3 février dans le centre-ville de Rochefort (Charente-Maritime) pour protester contre l’interdiction de la chasse aux oies cendrées en février. Environ 500 policiers ont été déployés dans le centre-ville pour contenir les manifestants qui ont tenté de rejoindre le siège de la Ligue de protection des oiseaux (LPO). « Il y a eu des jets de pétards » mais pas d’affrontements, a précisé la police. La date officielle de fin de chasse aux oies sauvages est fixée au 31 janvier, conformément à une directive européenne de protection des oiseaux migrateurs. En janvier 2017, la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal avait ordonné à la police de la chasse de ne pas verbaliser les chasseurs tirant sur les oies cendrées jusqu’au 12 février. Le Conseil d’Etat, saisi par la LPO, avait aussitôt fait annuler les instructions de Mme Royal. Les chasseurs avaient demandé une nouvelle dérogation pour cette année auprès du ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, qui leur a été refusée, a précisé leur fédération nationale. La LPO s’était félicité d’avoir obtenu le 29 janvier auprès du Conseil d’Etat, statuant aux contentieux, « l‘annulation sur le fond de la déclaration de l’ancienne ministre en charge de l’écologie… jugée illégale au regard du code de l’environnement et du droit européen ». « Cette onzième décision du Conseil d’Etat confirme la fermeture de la chasse aux oiseaux d’eau à compter du 31 janvier », avait souligné la LPO dans un communiqué.

Dans le cadre du débat sur la chasse aux oiseaux d’eau, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (Oncfs) s’est prévalue de son expertise scientifique sur l’oie cendrée. Depuis 1980, l’établissement public étudie ses habitudes migratoires, avec comme enjeu la détermination de la période de chasse : en effet, la directive européenne sur les oiseaux prévoit que celle-ci doit se clore lorsque la migration prénuptiale commence. En 2014, à la demande du ministère de l’Ecologie, l’Oncfs avait publié un rapport concluant à un démarrage de la migration prénuptiale des oies cendrées dans le couloir Manche-Atlantique dès le mois de janvier, impliquant une interdiction de la chasse en février. L’office confirmait en cela les résultats d’une autre étude de 2009 qui montraient une précocité croissante du phénomène de migration prénuptiale, sans doute à cause de modifications climatiques globales et de pratiques de gestion territoriale. Ainsi, « les oies qui commençaient à migrer le long des côtes Atlantiques françaises vers le 10 février au début des années 80 le faisaient courant janvier au milieu des années 2000 », explique l’Oncfs dans un communiqué.

Aujourd’hui, l’Oncfs précise que sa position n’a pas changé : son Conseil scientifique a été saisi fin 2017 par le ministère de la transition écologique et solidaire pour réévaluer la question de la migration prénuptiale des oies cendrées au vu d’une nouvelle étude conduite par l’Institut scientifique Nord-Est-Atlantique (ISNEA) et Oiseaux migrateurs du paléarctique occidental (OMPO) et soumise par la Fédération nationale des chasseurs. Des chercheurs du CNRS et de l’Oncfs, ainsi qu’un spécialiste Suédois, ont préparé un rapport préliminaire, qui a ensuite « été discuté, complété et finalisé en séance plénière du Conseil, au cours de laquelle les auteurs du rapport ISNEA-OMPO ont pu présenter leur approche et leurs résultats et échanger avec les membres du Conseil scientifique » de l’Oncfs. Les résultats, basés sur des observations de vols, des balises GPS et un suivi d’individus marqués par des colliers, permettent une fois de plus de conclure que la migration des oies cendrées commence dès le mois de janvier, avec un cumul de 1672 oiseaux rapportés en vol du 10 au 29 janvier sur les années 2012, 2013 et 2014.