Reforestation : un appel à projets pour « planter un million d’arbres » (1 mn 30)

1792
⏱ Lecture 2 mn.

Les acteurs de la filière bois ont signé jeudi à Nantes un appel à « renouveler la forêt française », accompagné de diverses initiatives dont celle de l’ONG Reforest’action qui entend mobiliser des donateurs pour « planter un million d’arbres à l’automne-hiver 2018-2019 ».

Fransylvia, France Bois Forêt, Green West, Ecotree, Néosylva, Reforest’action et Plantons pour l’avenir ont notamment signé cet appel lors de la quinzième édition du Carrefour international du bois, qui regroupe pendant une semaine 563 exposants de 25 pays. Plusieurs sénateurs et députés dont le socialiste Stéphane Le Foll ont aussi adhéré à ce texte, qui atteste « d’une attente forte de la part de la filière bois de pérenniser la ressource forestière française », selon ses promoteurs. Alors que les forêts « sont le premier puits de carbone terrestre et le principal foyer de biodiversité du pays, on plante aujourd’hui 2 fois moins d’arbres en forêt qu’en 1990 », a dénoncé l’ONG Reforest’action, appelant à inverser la tendance. Jusqu’au 27 juillet 2018, Reforest’Action ouvre un appel à projets intitulé « Un million d’arbres pour nos forêts ». Il s’agit d’identifier des projets partout en France, et d’inciter leurs porteurs à se déclarer candidats pour obtenir des financements rassemblés par l’ONG. Un particulier pourra, pour une dizaine d’euros seulement, offrir un arbre à planter dans le cadre d’un de ces projets retenus par l’ONG. Ecotree, une autre ONG, propose aussi à chacun d’investir dans le reboisement en achetant un arbre. Pour Pierre Piveteau, président du Carrefour international du bois, « la forêt, c’est une vision d’avenir qui ne se vit pas au jour le jour. Le bois est un des rares matériaux qui répond aux enjeux écologiques ».

Il faut toutefois noter que d’après l’Institut géographique national (IGN), la forêt française ne se porte pas si mal ! En métropole, la superficie forestière progresse de 0,7 % par an, depuis 1980. Aujourd’hui, la forêt en France métropolitaine couvre 16,9 millions d’hectares, soit 31 % du territoire. C’est l’occupation du sol la plus importante après l’agriculture qui couvre plus de la moitié de la France métropolitaine. Les principales raisons de cette forte progression sont attribuées entre autres à la déprise agricole et au boisement des terres agricoles, et dans une moindre mesure aux changements climatiques qui favorisent la croissance et la productivité des arbres. Les augmentations les plus fortes, en valeurs relatives, se situent sur le pourtour méditerranéen et en Bretagne. Dans les régions traditionnellement forestières, comme le nord-est et le massif landais, la progression est moindre. Ce constat est également valable en région parisienne du fait de la pression urbaine.