Plantes sauvages : pour une exploitation plus durable de l’or vert

1399
⏱ Lecture 4 mn.

Un rapport de TRAFFIC fait le point sur le trafic légal et illégal des plantes sauvages dans le monde, et donne des pistes de travail pour en réguler le commerce.

Des plantes sauvages se cachent dans nos garde-manger. Mélangées à des plantes médicinales, des thés, des huiles d’aromathérapie, des liqueurs et des produits de beauté, les plantes sauvages récoltées représentent une industrie de plusieurs milliards de dollars. Mais en l’absence de normes d’étiquetage pour les produits finis, ces ingrédients passent souvent inaperçus, explique l’ONG TRAFFIC dans un nouveau rapport. Intitulé « The Invisible Trade : Wild plants and you in the time of COVID-19« , il affirme qu’environ 3 000 espèces de plantes médicinales et aromatiques font l’objet d’un commerce international. De 60 à 90 % d’entre elles sont collectées dans la nature. La pandémie COVID-19 pourrait faire augmenter la demande de remèdes à base de plantes, certains contenant des ingrédients de plantes sauvages sous la pression d’une récolte non durable.

En Chine, des formules de médecine traditionnelle chinoise ont été officiellement prescrites par les médecins pour traiter le COVID-19. Elles contiennent jusqu’à 151 ingrédients végétaux. L’un des ingrédients les plus populaires est la racine de réglisse (Glycyrrhiza spp.), une espèce protégée dans certaines régions de Chine. Elle peut être cultivée, mais pour la médecine, elle provient généralement de la nature en grande quantité et pose la question de la durabilité dans l’approvisionnement en plantes sauvages. La récolte de ces dernières est rarement le fait des grandes entreprises. Le premier point de la chaîne d’approvisionnement tend à être les cueilleurs locaux, souligne TRAFFIC. Ces individus vendent aux commerçants, parfois de manière informelle, à des coûts peu élevés. Les plantes sont ensuite acheminées vers des distributeurs, souvent par le biais d’une série d’intermédiaires, qui exportent vers des entreprises et des marques plus importantes. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Les revenus tirés des herbes récoltées à l’état sauvage représentent une part considérable des moyens de subsistance des populations dans certaines régions. La récolte de la griffe du diable (Harpagophytum spp.), une herbe utilisée pour traiter l’arthrite, est une partie importante ou la seule source de revenus pour environ 3 000 à 5 000 cueilleurs en Namibie. Dans les montagnes du Népal, une étude examinant le rôle de la cueillette sauvage pour sortir les familles de la pauvreté a révélé que la récolte commerciale des herbes contribuait à près de 58% du revenu annuel total des ménages.

Le commerce international de nombreuses plantes médicinales et aromatiques est réglementé par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Les exportateurs qui souhaitent vendre des plantes à l’étranger doivent demander une licence à leur gouvernement. Les autorités nationales décident si la plante peut être récoltée de manière durable et dans le respect de la loi ou si le commerce de cette plante serait préjudiciable à l’espèce. Environ 800 plantes médicinales et aromatiques sont actuellement inscrites à l’annexe II de la CITES, ce qui signifie que leur commerce est réglementé et contrôlé pour garantir que la plante est récoltée de manière durable. Les plantes médicinales et aromatiques sont plus difficiles à réglementer que les animaux ou les gros arbres, qui sont plus faciles à marquer et à identifier. Les plantes sauvages sont généralement commercialisées sous forme semi-transformée (poudre, cire…) et les fonctionnaires des douanes doivent être formés pour les identifier.

Les parties et produits végétaux et animaux destinés à un usage médical représentaient 23 % de toutes les saisies de produits du commerce illicite signalées par les États membres de l’UE en 2018. Les autorités ont saisi 260 000 articles médicinaux dérivés de plantes, dont de nombreuses espèces inscrites à l’annexe II de la CITES, telles que l’aloès (Aloe maculata), les orchidées et le cerisier africain (Prunus africana). Ces violations de la loi peuvent être liées à un manque de compréhension des exigences de la CITES tout au long des chaînes commerciales, et/ou à un manque de capacités d’encadrement plutôt qu’à des violations intentionnelles des règlements de la CITES, souligne TRAFFIC. Pour aider à fournir la preuve d’un commerce durable et équitable, TRAFFIC encourage les entreprises à utiliser des mécanismes de marché volontaires, tels que la norme FairWild. Les entreprises peuvent utiliser la certification FairWild pour alerter leurs clients que les ingrédients végétaux sauvages contenus dans leurs produits ont satisfait à un ensemble de normes relatives à la récolte durable de plantes sauvages ainsi qu’à un partage juste, légal et équitable des ressources. Ce label fonctionne de la même manière que les certifications plus connues que sont les certifications Organic, FairTrade ou Rainforest Alliance.

Pukka Herbs est l’une des nombreuses entreprises qui utilisent la certification volontaire FairWild pour s’assurer que les consommateurs savent que les plantes sauvages présentes dans leurs produits ont été récoltées de manière responsable. Elle utilise de la réglisse certifiée FairWild du Kazakhstan, de Géorgie et d’Espagne, des orties et des églantiers de Bulgarie, et des fleurs de tilleul de Bosnie. Le premier projet FairWild de Pukka en Asie a été mis en place dans les Ghâts occidentaux de l’Inde pour créer Triphala, une formule ayurvédique populaire. Un autre des produits phares « FairWild » de Pukka Herbs provient de l’arbre bibhitaki (Terminalia bellirica) en Inde. Les noix et l’écorce de cet arbre à bois dur sont récoltées pour leurs propriétés médicinales, mais l’arbre est aussi le principal habitat de nidification du calao bicorne (Buceros bicornis). Dans le cadre de leur processus de certification, Pukka Herbs a formé les habitants à grimper en toute sécurité sur l’arbre et à récolter les noix plutôt que de couper l’arbre pour en obtenir l’écorce ou le bois de chauffage. Cela permet non seulement de protéger le calao, qui s’accouple pour la vie et se reproduit dans les branches, mais aussi de faire en sorte que l’arbre ait plus de valeur au cours de sa vie pour les cueilleurs.

Le rapport TRAFFIC comprend une liste de 12 plantes sauvages couramment récoltées dans le commerce. Ces espèces sont « les porte-drapeaux des opportunités et des défis de l’approvisionnement sauvage« , selon le rapport. Il s’agit de la résine et de l’huile d’encens (Boswellia spp.), du beurre de karité (Vitellaria paradoxa), de l’huile de valériane (Nardostachys jatamansi), de la gomme arabique (Acacia spp.), de la racine d’hydraste (Hydrastis canadensis), de la cire de candelilla (Euphorbia antisyphilitica), de l’écorce du cerisier africain (Prunus africana), de l’huile d’argan (Argania spinosa), des fruits de baobab (Adansonia digitata), de la racine de griffe du diable (Harpagophytum procumbens), de la racine de réglisse (Glycyrrhiza spp.) et du genévrier (Juniperus communis). Certaines de ces plantes sauvages sont déjà gérées pour éviter la surexploitation et pour assurer un commerce équitable, tandis que d’autres doivent être gérées dès maintenant ou devraient l’être davantage à mesure que la demande augmente. TRAFFIC exhorte les consommateurs à rechercher les plantes récoltées à l’état sauvage dans leurs produits, les entreprises à revoir de manière proactive leurs chaînes d’approvisionnement, les pays à mettre en œuvre des réglementations efficaces et l’Organisation mondiale de la santé à finaliser et à adopter les lignes directrices OMS/WWF/UICN/TRAFFIC sur la conservation des plantes médicinales.

Le rapport

[/ihc-hide-content]