🆓 Un animal marin de 45 mètres de long découvert en Australie (2 mn)

1386
⏱ Lecture 2 mn.

Les scientifiques qui explorent les grands fonds marins au large des côtes australiennes ont découvert jusqu’à 30 nouvelles espèces marines, parmi lesquelles ce qui pourrait bien être l’animal le plus long jamais observé.

Ces découvertes ont été effectuées à l’occasion d’expéditions dans les canyons sous-marins de l’Australie occidentale. L’une des plus surprenantes de ces découvertes a été un siphonophore mesurant environ 46 mètres ! Les siphonophores sont des prédateurs des grands fonds marins composés de nombreux petits clones qui agissent ensemble comme un seul et même individu et s’étendent comme une longue corde dans l’eau. Les chercheurs pensent que ce siphonophore particulier pourrait être le plus long jamais découvert.

La côte de l’Australie occidentale (est de l’océan Indien) est connue pour son vaste système karstique (crêtes et tours calcaires acérées dans le paysage, formées par l’érosion) et son réseau de masses d’eau souterraines, qui abritent une incroyable diversité de faune importante sur le plan de l’évolution. Le milieu marin profond adjacent à cette région célèbre reste presque inexploré. Les principales caractéristiques de la biodiversité marine semblent être fortement liées à la température, de sorte que l’exploration des zones marines proches de points chauds terrestres connus offre une stratégie efficace pour identifier la biodiversité non découverte. Pour pallier le déficit d’informations constaté sur la côte de l’Australie occidentale, l’équipe interdisciplinaire de cette expédition a étudié un canyon sous-marin important et biologiquement inexploré, le Cape Range Canyon, à l’aide d’un ROV (Remotely Operated underwater Vehicle), un sous-marin piloté à distance, et en utilisant la technique de l’ADN environnemental. Cette technique de pointe permet de détecter des traces génétiques laissées dans l’eau par des animaux qui ne sont pas forcément observés lors des explorations.

L’inventaire faunistique réalisé est fondamental pour une meilleure compréhension à partir de laquelle des approches écologiques plus robustes pourront être développées. Ces zones sont généralement négligées lors de l’élaboration des politiques : les environnements des grands fonds marins du nord-ouest de l’Australie sont largement touchés par les industries d’extraction du pétrole et du gaz naturel. Ces impacts industriels sont « loin des yeux, loin du cœur », et un manque général de compréhension de ces environnements entrave les actions de conservation.