Mexique : deux défenseurs des papillons retrouvés morts (1 mn 30)

Photo © skeeze de Pixabay

1231
⏱ Lecture 2 mn.

Deux militants écologistes, mobilisés pour sauver le papillon monarque menacé par le trafic illégal du bois par des organisations criminelles, ont été assassinés la semaine dernière.

Un défenseur de l’environnement mexicain, Homero Gomez, célèbre pour son combat en faveur de la préservation des papillons monarques, a été retrouvé mort après deux semaines de disparition, ont annoncé les autorités locales. Cet homme de 50 ans, qui gérait un sanctuaire de ces papillons orange et noir, était porté disparu depuis le 14 janvier. Son corps a été retrouvé au fond d’un puits dans l’Etat de Michoacan (ouest), lieu d’hivernage de ces insectes. L’Etat de Michoacan abrite plusieurs organisations criminelles, ce qui a contribué à la prolifération de groupes d’autodéfense ces dernières années. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

« Le corps a été transféré au service médico-légal en vue d’une autopsie », a indiqué cette institution dans un communiqué. La cause de la mort n’avait pas encore été précisée par le parquet mais selon d’autres défenseurs de l’environnement de la région, le décès d’Homero Gomez pourrait être lié à ses prises de position contre les trafiquants de bois.  Après un trajet épuisant de plus de 4.000 kilomètres depuis le Canada, ces papillons colorés viennent se poser par grappes sur les troncs des arbres d’une vaste zone montagneuse à cheval entre les Etats de Mexico et du Michoacan. Le papillon monarque (Danaus plexippus) est menacé par la déforestation sauvage et par l’usage d’herbicide qui prive cette espèce de l’asclépiade, l’unique plante dans laquelle elle pond ses œufs et dont ses larves se nourrissent.

Le corps sans vie d’un autre écologiste a été retrouvé ce samedi dans une réserve de papillons monarques proche du lieu où a été découvert le corps de Homero Gomez : Raul Hernandez Romero a été découvert mort à Las Balistas, dans l’Etat de Michoacan. Son corps portait « des ecchymoses sur différentes parties du corps ainsi qu’une blessure à la tête, causée par un objet tranchant » , précise le parquet dans un communiqué ce lundi. La victime, guide touristique dans cette réserve de papillons inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, était portée disparu depuis le 27 janvier.

[/ihc-hide-content]