Turquie : un scientifique condamné pour avoir alerté sur la toxicité de l’eau (1 mn 30)

Photo © andreysha74-Fotolia

1546
⏱ Lecture 2 mn.

Bülent Şık, un ingénieur agroalimentaire Turc, a été condamné à 15 mois de prison pour avoir divulgué que la pollution toxique avait une forte incidence sur le cancer dans l’ouest de la Turquie.

Bülent Şık, ancien directeur adjoint du Centre de recherche sur l’agriculture et de la sécurité alimentaire de l’Université d’Akdeniz, en Turquie, a été condamné le jeudi 26 septembre à 15 mois de prison après avoir publié en 2018 les résultats en quatre parties d’une étude qu’il avait réalisée avec d’autres scientifiques et qui reliait la pollution toxique à une forte incidence du cancer dans l’ouest de la Turquie. Le tribunal a reconnu l’ingénieur agroalimentaire et militant des droits de l’homme coupable d’avoir divulgué des informations classifiées. L’étude avait été commandée par le ministère turc de la Santé pour voir s’il y avait un lien entre la toxicité du sol, de l’eau et des aliments et l’incidence élevée de cancer dans l’ouest de la Turquie. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Après 5 ans de recherche, Şık et ses confrères ont découvert des niveaux dangereux de pesticides, de métaux (plomb, aluminium, chrome, arsenic) et d’hydrocarbures dans de multiples échantillons de nourriture et d’eau provenant de plusieurs provinces. En 2015, une fois l’étude terminée, Şık avait exhorté le gouvernement à prendre des mesures mais, en 2018, après 3 ans d’inaction, le scientifique a décidé de publier ses conclusions dans Cumhuriyet, un journal d’Istanbul, alors qu’elles avaient été classées « confidentielles ». Le ministère de la Santé n’a pas démenti les conclusions de l’étude, ce qu’Amnesty International a interprété comme une indication du réel danger sanitaire lié à ces pollutions. « Dans mes articles, j’ai voulu informer le public sur cette étude de santé publique, qui a été tenue secrète, et inciter les autorités publiques à prendre des mesures », a déclaré Şık. Le chercheur a fait appel de la décision et reste pour l’instant libre. Des dizaines de scientifiques turcs ont été licenciés, poursuivis ou emprisonnés dans le cadre de la répression de la dissidence qui a suivi la tentative de coup d’État ratée en 2016.

[/ihc-hide-content]