Ivoire : le carbone 14 pour dépister et la baisse du prix de l’or blanc pour espérer

1538
⏱ Lecture 3 mn.

Deux contrebandiers ont été condamnés à Hong-Kong grâce à une datation de l’ivoire au carbone 14. Dans le même temps, les cours et la demande d’ivoire diminuent.

Deux hommes ont été condamnés pour possession d’une paire de baguettes en ivoire par la justice hongkongaise après une datation au carbone 14 qui a permis d’établir que l’or blanc était postérieur à 1990 et donc illégal, a rapporté mercredi la presse locale. L’ivoire est très recherché en Chine, où les objets ciselés –scènes bouddhistes, sceaux ou paires de baguettes– sont prisés des collectionneurs. Hong Kong, considérée comme une plaque tournante de la contrebande de l’ivoire, a annoncé l’année dernière sa décision d’interdire progressivement le commerce de l’ivoire d’ici 2021. Pour l’instant, l’ex-colonie britannique autorise toujours la vente d’objets en ivoire issus des stocks officiels constitués avant 1990 et l’interdiction du commerce international de l’or blanc, en théorie uniquement à destination du marché insulaire. Les services du gouvernement ont acheté la paire de baguettes chez un artisan du quartier de Sheung Wang, où les vitrines présentant des objets en ivoire sculpté sont nombreuses. Une datation par le radiocarbone a permis d’établir que cet ivoire était postérieur à 1990, selon un communiqué publié le mois dernier par le gouvernement. « C’est la première fois que le gouvernement de Hong Kong utilise la datation par le radiocarbone pour déterminer l’âge de l’ivoire, cela va complètement changer les règles du jeu », s’est félicité Alex Hofford, militant de l’association WildAid.

Les défenseurs des animaux dénoncent cependant la légèreté des peines infligées. Ceux qui enfreignent les règles risquent jusqu’à cinq millions de dollars de Hong Kong (593 000 euros) d’amende et deux ans de prison. Mais les deux prévenus ont été condamnés mardi à des amendes de 6 000 et 8 000 dollars hongkongais. « Cette condamnation nous rappelle que les pénalités à Hong Kong doivent être renforcées afin de refléter la gravité des crimes commis contre la faune sauvage et représenter une dissuasion efficace pour les trafiquants d’ivoire illégal », a déclaré dans un communiqué Yannick Kuehl, de l’ONG Traffic.

Une tendance gloable réjouit toutefois les associations : le prix de l’ivoire vendu illégalement sur le marché chinois a baissé des deux-tiers en trois ans et la demande dans les commerces légaux chinois est également en forte baisse. En 2014, le prix de gros de l’ivoire brut vendu illégalement en Chine avait culminé à 2.100 dollars (1.900 euros) le kilo. En 2017, il n’est plus que de 730 dollars, selon une étude publiée mercredi par deux experts du commerce de l’ivoire, Lucy Vigne et Esmond Martin, pour l’ONG Save the Elephants.. « C’est une bonne nouvelle, mais le braconnage continue », a fait valoir M. Martin lors d’une conférence de presse à Nairobi.

Le continent africain ne compte plus que 415 000 éléphants, soit 111 000 de moins que lors de la dernière décennie, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Et chaque année, 30 000 éléphants sont tués. La quantité d’ivoire disponible dans les magasins légalement autorisés à en vendre en Chine, et son prix, ont aussi diminué, traduisant une baisse de la demande sur le premier marché mondial de l’ivoire, a expliqué Mme Vigne. La baisse de la croissance économique chinoise, la lutte contre la corruption et la prise de conscience des conséquences dévastatrices du braconnage sont à l’origine de cette diminution, selon les chercheurs.

Par le passé « peu de Chinois faisaient le lien entre les produits en ivoire et la mort des éléphants », mais des campagnes médiatiques ont favorisé cette prise de conscience, a observé Iain Douglas-Hamilton, le fondateur de Save the Elephants. La Chine a ainsi annoncé fin décembre que la vente et la transformation d’objets en ivoire seraient entièrement interdites d’ici fin 2017. Les 34 ateliers de sculpture et 143 magasins répertoriés devront cesser leur activité, dont certains dès le 31 mars, a ordonné le gouvernement chinois. Mais il reste à voir comment la fermeture de ce marché légal affectera le commerce illégal d’ivoire et le braconnage qu’il engendre.