La zone du Triangle de corail résiste bien au stress thermique

Photo d'illustration ©MW de Pixabay

1606
⏱ Lecture 2 mn.

Des scientifiques ont récemment indiqué que la moitié des coraux de la Grande Barrière en Australie avaient péri ces 25 dernières années en raison du réchauffement climatique. Une étude publiée dans la revue Global Ecology and Biogeography, redonne une lueur d’espoir pour cet écosystème en révèlant qu’une vaste zone de l’Indo-Pacifique résiste étonnamment bien au stress thermique.

Une équipe de scientifiques de 19 instituts de recherche tropicale ont découvert qu’une vaste zone de l’Info-Pacifique, connue sous le nom de « Triangle de corail », résiste étonnamment bien au stress thermique. Ces découvertes ont été publiées dans la revue Global Ecology and Biogeography. Les chercheurs ont examiné 226 récifs dans 12 pays au cours de l’année 2016, l’une des années les plus chaudes jamais enregistrées sur Terre.

Ils ont constaté que la sensibilité des coraux à la chaleur variait selon les différentes régions marines. Ils relèvent également que la majorité des prévisions concernant l’avenir des récifs coralliens sont basées sur l’exposition thermique et ne tiennent pas bien compte des variations géographiques potentielles de la sensibilité biologique au stress thermique. Cela peut conduire à de mauvaises estimations de la survie future des coraux et conduire à des politiques de conservation inappropriées. Les scientifiques ont donc évalué à la fois la sensibilité des coraux à la chaleur et l’exposition relative des récifs au stress thermique.

L’étude a révélé que la résistance la plus élevée et la plus large des récifs coralliens au stress thermique s’est produite en Australie, en Indonésie et aux îles Fidji-Caroline. Les récifs d’Afrique de l’Est, d’Inde, du Japon et du Vietnam ont montré une plus faible résistance à la chaleur. Les coraux qui sont plus résistants au stress thermique ont tendance à être situés dans des environnements insulaires qui ont été exposés à des pulsations de chaleur répétées et régulières se produisant par cycles. Ces environnements insulaires semblent amortir les impacts des chaleurs les plus extrêmes et créent des poches de fraîcheur marine qui aident les coraux à survivre. Les coraux qui ont été exposés à des pulsations de chaleur périodiques ont une certaine résistance aux conditions de réchauffement qui causent des ravages dans de nombreux autres récifs.

Le Triangle de corail s’étend à travers les eaux d’Indonésie, de Malaisie, de Papouasie-Nouvelle-Guinée, des Philippines, des îles Salomon et du Timor-Leste. La région contient 75% des espèces de coraux et de la biodiversité océanique du monde. Ces découvertes représentent une lueur d’espoir dans un contexte moribond pour les récifs coralliens du monde entier, qui déclinent à mesure que les eaux océaniques se réchauffent.

Lire l’étude ici