Bertrand Galtier directeur de l’Agence de l’eau Artois-picardie, Michel Dubromel président de FNE

1396
⏱ Lecture 2 mn.

Bertrand Galtier quitte le cabinet de Barbara Pompili, Michel Dubromel succède à Denez L’Hostis

C’est donc Bertrand Galtier qui succèdera comme directeur de l’Agence de l’eau Artois-Picardie à Olivier Thibault, parti diriger l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Directeur depuis janvier 2012 du Parc national des Ecrins, il avait quitté son poste il y a tout juste un an pour rejoindre le cabinet de la secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, Barbara Pompili où il était notamment en charge des espaces naturels. Polytechnicien et titulaire d’un DEA d’écologie, Bertrand Galtier a également occupé des fonctions outre-mer, en qualité de directeur de la DREAL de la Réunion.

A France Nature Environnement, Michel Dubromel a été élu président du mouvement à l’issue de la dernière assemblée générale. Après avoir occupé différentes responsabilités au sein d’Alsace Nature de 1994 à 2008, Michel Dubromel a rejoint Jura Nature Environnement et est devenu administrateur de FNE Franche-Comté. Il a ensuite été responsable du « réseau Transports et Mobilité Durables » de FNE de 2003 à 2015. Administrateur de la Fédération à partir de 2008, il est devenu membre du Bureau en 2009 et Vice-président de FNE. Il a représenté FNE au Conseil d’Administration de l’ADEME, de la SNCF, mais aussi au niveau européen, au Board de Transport et Environment puis au Board du Bureau Européen de l’Environnement et de Health Environment Alliance. Depuis septembre 2015, il est membre du Comité Economique et Social Européen. Pendant son mandat, Michel Dubromel souhaite poursuivre avec les 3500 associations membres de FNE « le combat de la mobilisation citoyenne et du renouveau démocratique autour de la transition écologique qui s’impose. FNE a un rôle évident à jouer dans ce combat et toute sa force repose sur les associations mobilisées au quotidien sur le terrain. Consolider les liens qui unissent les associations membres de la fédération, partager un cap et avancer : ce sera ma priorité. Avec un chantier majeur, celui de l’évolution de la carte des régions et de leurs compétences : cette nécessaire adaptation du mouvement est selon moi une opportunité pour redynamiser notre action aussi bien sur les territoires qu’avec les associations nationales spécialisées, et trouver ainsi de nouvelles synergies pour rester présents et être à la hauteur des enjeux. »