🔻 L’intensification des sécheresses pèse sur la résilience des zones humides

Photo d'illustration ©Meatle de Pixabay

1608
⏱ Lecture 2 mn.

Une étude publiée par la Earth-Science Review examine les effets de la sécheresse sur les sols humides, en accordant une attention particulière aux changements dans la géochimie des sols et aux émissions de gaz à effet de serre.

Les sols humides couvrent une superficie de plus de 12,1 millions de km2. Ces zones apporteraient au moins 27 000 milliards de dollars en avantages tangibles et intangibles. Cependant, du fait du dérèglement climatique, les sols humides sont exposés à un risque de dégradation important lors des épisodes de sécheresse. Une étude parue dans la revue scientifique Earth-Science review, examine les effets de la sécheresse sur les sols humides, en accordant une attention particulière aux changements dans la géochimie des sols et aux émissions de gaz à effet de serre.

Sans grande surprise, il ressort des recherches que la sécheresse constitue une menace importante pour les sols humides. Elle entraîne une augmentation de la pénétration de l’oxygène dans les sols, donc une oxydation de la matière organique et une réduction des  constituants inorganiques comme les sulfures. Les chercheurs expliquent que l’oxydation de ces matières peut entraîner l’acidification des sols, la mobilisation des métaux et des effets négatifs sur la qualité de l’eau. L’augmentation de l’oxygène dans le profil du sol affecte également le cycle biogéochimique, avec une augmentation de la production d’oxyde nitreux et une diminution de la production de méthane.

Les effets de la sécheresse varient en fonction des types et sous-types de sols. Les sols humides subissent des transformations chronologiques et des changements biogéochimiques majeurs dans l’altération des environnements qui se produisent avant, pendant et après les conditions de sécheresse. Les conditions hydrologiques (c’est-à-dire subaquatiques, saturées, insaturées et resaturées) jouent également un rôle majeur dans les transformations chronologiques des sols. Les sols peuvent ne pas se remettre facilement entre deux sécheresses graves et entrer plutôt dans des états stables alternatifs. L’étude constate des lacunes importantes dans notre compréhension des effets de la sécheresse sur les sols humides et montre que les travaux précédemment effectués surreprésentent des régions géographiques relativement petites.

Accéder à l’étude