La déforestation… et après ? (1 mn 30)

Photo © chris-tessier

1513
⏱ Lecture 2 mn.

Une étude publiée dans la revue PLOS ONE examine comment les espèces végétales colonisent les habitats ouverts par les changements anthropiques de la couverture terrestre

L’homme a considérablement modifié la surface terrestre mondiale : la déforestation est le changement de couverture terrestre le plus répandu. l’activité humaine convertit l’habitat forestier fermé d’origine en un habitat plus ouvert, et les écosystèmes changent en conséquence. Dans cette étude, les chercheurs ont étudié le rôle relatif des caractéristiques géographiques, des caractéristiques climatiques et des traits propres aux espèces dans la détermination de la capacité des espèces végétales à tirer parti des habitats récemment ouverts en Nouvelle-Zélande. Ils ont utilisé 18 espèces herbacées du genre Acaena (Rosaceae), que l’on trouve principalement dans des habitats ouverts, et ont examiné leur prévalence actuelle dans des habitats ouverts naturellement et récemment ouverts à travers la Nouvelle-Zélande, notant la capacité de chaque espèce à se disperser dans de nouvelles zones ainsi que la géographie et le climat de chaque habitat. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Ils ont constaté que les espèces étudiées différaient dans leur capacité à coloniser les habitats nouvellement ouverts. Cependant, bien que la capacité spécifique d’une espèce à se disperser dans de nouvelles zones ait une incidence sur sa capacité à coloniser l’habitat, les facteurs géographiques et climatiques sont plus importants. Par exemple, les habitats ouverts par l’activité humaine récente semblent être caractérisés par des conditions climatiques plus chaudes et plus humides que les habitats ouverts naturellement, et les plantes adaptées à ces conditions ont été particulièrement capables de coloniser ces zones. Selon les auteurs, il est important de comprendre comment les espèces réagissent à un tel changement structurel de l’habitat pour prédire comment le changement continu de la couverture terrestre peut influencer les écosystèmes futurs. Les auteurs ajoutent : « Pour expliquer les variations dans la capacité des espèces étudiées à coloniser de nouveaux habitats, la disposition spatiale des habitats et les conditions climatiques étaient plus importantes que la capacité de dispersion ».

Lire l’étude

[/ihc-hide-content]