Un renard polaire marathonien établit un record de migration (1 mn)

Photo © robynm de Pixabay

1617
⏱ Lecture 2 mn.

Le suivi GPS d’un renard polaire montre que l’espèce peut parcourir des milliers de km en très peu de temps.

C’est l’histoire d’un petit renard polaire qui a parcouru plus de 3500 km, de la Norvège au Canada, en deux mois et demi. Il avait été équipé d’un collier GPS par des chercheurs de l’Institut polaire norvégien en Juillet 2017, avant de quitter l’île norvégienne du Spitzberg le 26 mars 2018. Après avoir parcouru 1512 km en 21 jours sur la banquise, il a accosté au Groenland, puis a continué jusqu’à l’île d’Ellesmere, au Canada, où son périple s’est achevé le 1er juillet 2018, après 76 jours. La performance semblait tellement improbable que les scientifiques pensèrent d’abord que le collier avait été enlevé de la renarde et emmené en bateau. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

« Mais non, aucun bateau ne va aussi loin dans la banquise« , explique Eva Fuglei, qui a décrit son parcours dans une étude. En décortiquant son trajet, les scientifiques ont calculé que la renarde faisait une moyenne de 46,3 km par jour, atteignant même 155 km en une journée, sur la banquise du nord du Groenland. L’Institut en a donc conclu que c’était l’un des plus longs périples jamais enregistrés, et le rythme de déplacement le plus rapide connu pour cette espèce. Fuglei explique que « la banquise joue un rôle clé dans la migration des renards pour changer de lieu de vie, rencontrer d’autres populations et trouver de la nourriture. »

« C’est un autre exemple de l’importance de la banquise pour la faune et la flore dans l’Arctique« , a déclaré le ministre du climat et de l’environnement en Norvège, Ola Elvestuen, s’inquiétant des effets du changement climatique sur la couverture de glace, et donc, sur les migrations des renards. « Le réchauffement dans le nord est incroyablement rapide. Nous devons stopper nos émissions pour empêcher la banquise de disparaître tout l’été. »

Lire l’étude

[/ihc-hide-content]