Un « Internet des animaux » pour sauver des espèces sauvages (3 mn 30)

1525
⏱ Lecture 4 mn.

Chercheur à l’institut Max-Planck de Berlin, Martin Wikelski a passé 17 ans à installer une antenne dans l’espace pour suivre les animaux dans le monde entier. C’est la première étape de son plan pour révolutionner la biologie. Un article publié dans Nature éclaire sur son projet et sur son parcours.

Au cours des dernières décennies, le suivi de la faune à l’aide de colliers radio et d’émetteurs GPS (Global Positioning System) a changé la façon dont les chercheurs comprennent le comportement du règne animal. À l’aide d’émetteurs qui communiquent par satellite, par téléphone mobile et par radio, les scientifiques peuvent tout suivre, des baleines en haute mer aux jaguars sous la couverture de la jungle profonde.

Mais les déplacements à grande distance de la plupart des espèces de la planète restent invisibles pour les chercheurs. Les animaux pesant moins de 100 grammes ne peuvent pas transporter en toute sécurité les plus petites étiquettes satellites disponibles. Cela met 75% de toutes les espèces d’oiseaux et de mammifères – et tous les insectes – hors d’atteinte de ce type de suivi. Et les émetteurs eux-mêmes coûtent cher, ce qui fait du déploiement à grande échelle une proposition coûteuse.

Martin Wikelski espère changer tout cela avec son projet ICARUS (International Cooperation for Animal Research Using Space), qui va bien au-delà de la simple antenne de l’ISS. En dix ans, il prévoit un réseau de satellites dédiés au suivi en temps réel de centaines de milliers d’animaux.

L’Internet des animaux imaginé par Wikelski serait capable de répondre à des questions que les chercheurs n’imaginaient même pas pouvoir se poser ! L’ICARUS pourrait, dit-il, expliquer pourquoi les espèces d’oiseaux migrateurs et de chauves-souris disparaissent et cartographier la propagation d’agents pathogènes tels que la grippe aviaire et Ebola. Il pourrait même fournir des alertes précoces en cas d’infestation de ravageurs et, éventuellement, de tremblements de terre.« En élevant notre point de vue dans l’espace et en regardant le globe, nous changeons l’approche de l’écologie », dit-il.

Wikelski a d’abord essayé de suivre les animaux d’en haut à la fin des années 1990, sur une île de 16 kilomètres carrés au large des côtes du Panama appelée Barro Colorado. Lui et le biologiste Roland Kays, maintenant à la North Carolina State University de Raleigh, voulaient suivre des espèces de la jungle telles que des jaguars, des agoutis et des paresseux qui se déplaçaient dans la forêt dense. Mais le GPS n’en était qu’à ses débuts, et l’épaisse canopée de la forêt a contrecarré les étiquettes équipées de cette technologie. Wikelski et Kays ont alors adapté des émetteurs radio et construit un réseau de 7 tours radio de plus de 40 mètres de haut chacune, pour trianguler les signaux des animaux en mouvement. Le logiciel qu’ils ont conçu pour traiter et stocker leurs données est devenu la base d’un système appelé Movebank, qui permet aux biologistes du monde entier d’analyser et de partager des données de suivi des mouvements. Le système a été lancé en 2007 et a recueilli son milliardième point de données en septembre, qui a servi de base à des centaines de publications scientifiques. Certaines de ses informations sur les mouvements d’animaux sont également accessibles au public par le biais d’une application sur téléphone portable appelée Animal Tracker.

En reliant ICARUS et Movebank, Wikelski espère créer un outil puissant que les chercheurs et le public pourront utiliser. Dans l’ombre du château de Radolfzell près de son bureau, Wikelski sort son smartphone et tape sur l’application Animal Tracker. Il évoque un type de canard appelé un canard d’Eurasie (Anas penelope) que les chercheurs avaient surnommé Guillaume. Le canard porte une étiquette de repérage qui se connecte aux réseaux de téléphonie mobile, ce qui montre qu’il se balade sur un étang au Kazakhstan depuis deux semaines.

Un bouton sur l’application permet aux utilisateurs de revenir facilement en arrière dans le temps. Wikelski retrace le parcours en zigzag de Guillaume à travers l’Europe jusqu’à la périphérie d’Amsterdam, où le canard a été capturé et bagué six mois auparavant. À une époque où les gens regardent les nids d’aigles en direct et sont obsédés par des milliers d’animaux individuels alors que des milliers d’autres disparaissent inaperçus, Wikelski pense que de telles données de suivi sont un moyen de personnaliser la conservation. « Nous avons enfin une façon de vivre avec un animal sauvage. Nous pouvons enfin comprendre à quel point c’est difficile et dangereux. Vous pouvez voir que ce canard sur votre étang local revient tout juste de Russie »,dit-il.

Selon Wikelski, le suivi des animaux est un moyen de « céciliser » la conservation. Cecil était un lion d’Afrique mâle charismatique (Panthera leo) et était l’un des animaux les plus photographiés – et les plus aimés – du parc national de Hwange au Zimbabwe. En 2015, Cecil a été chassé et tué par un dentiste américain à l’extérieur du parc, mais les données du collier de pistage du lion ont révélé qu’il avait été attiré hors de la zone protégée. La mort de Cecil a déclenché un tollé international et déclenché des appels en faveur d’une interdiction de la chasse au trophée. M. Wikelski voit des possibilités de susciter le même genre d’intérêt pour d’autres problèmes liés à la faune, comme le déclin rapide des populations européennes d’oiseaux chanteurs. Il aimerait sensibiliser les gens en suivant ce qui leur arrive. « Il nous manque 420 millions d’oiseaux chanteurs, et tout le monde s’en fout »,dit-il. « Un Cecil la pie-grièche change tout. »

Lire l’article