« Grand débat national » : la contribution de la FRB (3 mn)

1604
⏱ Lecture 3 mn.

La Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), avec l’appui de son conseil scientifique,  a contribué au « Grand débat national » initié par le gouvernement suite au mouvement des « Gilets jaunes » en proposant 7 axes d’actions publiques prioritaires pour diminuer notre empreinte écologique.

Actuellement, la France consomme trois fois sa propre capacité de production. Pour l’année 2018, l’ensemble des ressources que notre pays a pu produire a été consommé le 5 mai 2018. Après cette date, la France a donc dépassé sa « biocapacité », et est passée en situation de déficit écologique. Pour la FRB, cet état de fait éminemment non durable peut encore être inversé. Pour cela, il est nécessaire de soutenir la recherche pour mieux évaluer l’état de la biodiversité, comprendre le fonctionnement et le rôle des écosystèmes, et assurer le transfert des connaissances pour étayer les décisions publiques et privées et sensibiliser les différents publics aux sciences du vivant, notamment les plus jeunes. La FRB propose de rassembler les citoyens autour d’un objectif de diminution de notre empreinte écologique et d’offrir une vision fédératrice de l’avenir, source d’économies et d’innovations. Cette ambition peut aussi être portée à l’échelle européenne puis mondiale à l’occasion notamment de la 7e plénière de l’IPBES en 2019 et de la COP Diversité biologique qui se tiendra en Chine en 2020. C’est une opportunité pour la France d’apparaître ainsi comme pionnière, exemplaire et porteuse d’une ambition forte en matière de préservation et d’usage durable de la biodiversité. La diminution de l’empreinte écologique doit être conçue pour concilier le développement du bien être humain et la possibilité pour tous les autres êtres vivants de poursuivre leurs trajectoires évolutives. Ceci embrasse donc une grande diversité d’enjeux sociaux, sanitaires, culturels, politiques, économiques, au sein de nos sociétés. Parmi eux, nous identifions, sur la base de nombreux travaux de recherches publiés ou en cours, sept axes d’actions publiques prioritaires aux interfaces entre alimentation, climat, transition énergétique, modes de consommation, logement et urbanisation, transport, libre évolution de biodiversité et bénéfices pour la santé humaine. Certaines actions publiques peuvent répondre à plusieurs enjeux et avoir de multiples bénéfices. Ainsi, diminuer l’empreinte écologique en préservant la biodiversité peut améliorer la santé humaine. Les changements globaux induisent une importante érosion de la biodiversité, une dégradation significative des écosystèmes, et d’importants mouvements migratoires chez l’ensemble des espèces, dont l’espèce humaine. Ces transformations environnementales rapides sont associées à l’émergence et à la réémergence de maladies infectieuses et non- infectieuses. Récemment, certaines zoonoses, telles la grippe aviaire ou les épidémies des virus Ebola et Zika, ont servi de révélateur au monde entier. Ces crises sanitaires soulignent l’interdépendance entre la santé humaine, la santé animale et la santé environnementale. Par ailleurs, la biodiversité joue un rôle majeur pour la santé physique et mentale des humains, par les services que les sociétés tirent des écosystèmes fonctionnels – par exemple: la purification de l’air par les arbres, la purification de l’eau par les sols, la régulation des agents pathogènes par les écosystèmes, le bien-être procuré par la biodiversité… Des modélisations à long terme du devenir des populations humaines montrent que notre espèce ne pourra pas survivre si moins de 40% d’espaces naturels émergés sont préservés des activités humaines intensives et si la biodiversité ne peut plus assurer les fonctions écologiques majeures citées ci-dessus. Enfin, le réchauffement climatique tendra à favoriser la diffusion des pathogènes en dehors de leur aire d’origine avec le risque qu’ils se concentrent sur les espèces les plus communes et les plus abondantes : les humains, ainsi que leurs animaux domestiques et leurs plantes. 

La contribution de la FRB au « Grand débat national », aujourd’hui clos, constitue une feuille de route précieuse pour un gouvernement qui souhaiterait prendre la mesure des enjeux de la transition écologique et y faire face au-delà des mots…

Lire la contribution de la FRB