🔻 Les forêts françaises sont-elles surexploitées ?

Photo d'illustration © anthark de Pixabay

1693
⏱ Lecture 2 mn.

Selon l’Office National des Forêts (ONF), 90% des Français plébiscitent une utilisation quotidienne du bois. Alors que la préservation des forêts et leur richesse écologique est un élément essentiel à la lutte contre le changement climatique, l’ONF a expliqué en quoi les forêts françaises étaient raisonnablement gérées.

31% du territoire de France métropolitaine est composé de forêt. La forêt française constitue d’ailleurs la quatrième plus grande superficie forestière d’Europe. Sur les 25 millions d’hectares de forêts métropolitaines et d’Outre-mer, l’Office National des Forêts (ONF) gère 11 millions d’hectares de forêts domaniales appartenant à l’État ou aux collectivités. Son but est de garantir la préservation et le renouvellement des milieux naturels en conciliant enjeux économique, environnemental et sociétal. Or, beaucoup de citoyens français pensent que les forêts françaises sont surexploitées; que couper du bois c’est détruire la forêt. L’établissement a voulu répondre dans un communiqué à ce qu’il qualifie d’idées reçues.

L’ONF loue dans un premier temps la surface forestière et le stock de bois en croissance actuellement observés en France. La superficie de la forêt française aurait doublé en 200 ans selon les chiffres de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN). Elle gagnerait du terrain à un rythme de 85 000 hectares par an depuis 1985, soit l’équivalent de la surface de Paris et des départements de la petite couronne. L’ONF souligne que cette croissance est une bonne nouvelle pour la forêt et les écosystèmes même si de récents évènements, tels que les invasions de scolytes détruisant la forêt vosgienne, inquiètent les équipes en raison de l’accélération du changement climatique et des épisodes répétés de sécheresse.

L’office présente par ailleurs aussi les chiffre des récoltes de 1995-2019. Le volume moyen de bois prélevé par an est relativement stable. L’IGN démontrent que les stocks de bois sur pied augmentent de 0,8 m3 par hectare et par an en forêt domaniale et de 1,5 m3 en forêt des collectivités, ce qui traduirait un bon renouvellement des forêts. L’ONF ajoute à cela que les coupes de bois sont largement encadrées. « Chaque forêt dispose d’un programme d’action sur 20 ans et de réglementations strictes à respecter pour une gestion durable », explique l’établissement, « les actions mises en place sont respectueuses des sols pour protéger l’intégrité physique et biologique des sols pour préserver la croissance des arbres et la vitalité des forêts ». Il est enfin précisé que l’accent est mis sur la diversité des essences : des arbres en « sous-étage » sont plantés « pour apporter aux plus beaux peuplements le bon dosage de la lumière, mais aussi pour enrichir la diversité écologique des milieux. La résilience des forêts face au dérèglement climatique passera par plus de diversité ».