Lancement du Prix du Génie écologique 2018

1636
Restauration de flore © Evanne Le Fur / Agence française pour la biodiversité
⏱ Lecture 2 mn.

L’objectif de ce prix est de valoriser les projets de génie écologique afin de mettre cette filière en émergence en visibilité et de favoriser son développement. Il permettra également de montrer que le génie écologique peut répondre à de nombreux enjeux opérationnels.

Le génie écologique se définit par la conduite de projets qui, dans sa mise en œuvre et son suivi, applique les principes de l’ingénierie écologique et favorise la résilience des écosystèmes. Le génie écologique permet notamment la reconstitution de milieux naturels, la restauration de milieux dégradés et l’optimisation de fonctions assurées par les écosystèmes. Le génie écologique répond à des problématiques de terrain : il se met au service de maîtres d’ouvrage qui portent au quotidien les politiques publiques liées à l’eau et à la biodiversité. Par là même, le génie écologique s’inscrit dans une démarche de service public au sens large, répondant à une préoccupation constante d’amélioration des conditions de vie et du bien-être de la population.

Pour sa deuxième édition de prix, les co-organisateurs que sont l’Association fédérative des acteurs de l’Ingénierie et du Génie Ecologiques (A-IGEco), l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et la Direction de l’Eau de la Biodiversité (DEB) du Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES), proposent de couvrir l’ensemble des milieux avec une remise prévue à l’occasion d’une journée dédiée le lundi 5 novembre 2018 au Pavillon de l’eau à Paris, veille de la journée nationale « Génie écologique et GEMAPI » organisée par l’Astee avec le soutien de l’AFB.

Les projets proposés devront s’inscrire dans l’une des 7 catégories suivantes :

  • Amélioration de la continuité écologique, TVB
  • Dépollution/épuration Pour cette catégorie, tous les compartiments de l’écosystème sont concernés : eau, sol, air,milieux marins…
  • Lutte contre les espèces envahissantes
  • Réintroduction/déplacement d’espèces
  • Restauration de milieux
  • Réhabilitation de fonction ou de services écosystémiques
  • Aménagement des espaces publics ou privés

Les candidatures sont à adresser avant le 30 juin.

L’appel à candidature