La traque du frelon asiatique (1 min 30)

Photo © Marie-Capitain Fotolia

1366
⏱ Lecture 2 mn.

Une balise de téléguidage inventée par des scientifiques va permettre de pister les frelons asiatiques jusqu’à leur nid afin de pouvoir le détruire précocement.

Espèce invasive arrivée en France en 2004, le frelon asiatique décime les populations d’abeilles, impactant fortement l’apiculture. Des chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et de l’Université anglaise d’Exeter, spécialistes de la télémétrie chez les insectes, se sont penchés sur les façons d’enrayer sa progression. « La seule possibilité crédible pour lutter contre cette espèce invasive est de contrôler les niveaux de population et deux techniques sont utilisables actuellement : l’une assez peu efficace repose sur le piégeage des fondatrices, les nouvelles reines qui vont fonder les nouvelles colonies ; l’autre très efficace consiste à détruire les nids le plus tôt possible », c’est-à-dire avant l’automne, explique l’Inra dans un communiqué. Pour ce faire, il faut déjà pouvoir localiser les nids. Aussi l’équipe de recherche a-t-elle mis en place une technique de radioguidage pour suivre à distance les frelons. Les scientifiques ont capturé des ouvrières chasseuses et les ont équipées d’une balise émettrice, suspendue à leur abdomen, afin de les suivre jusqu’au retour au nid. Pour que le protocole réussisse, ils ont dû sélectionner des frelons « de poids supérieur à 0,35g pour une balise de 0,28g offrant un rayon d’action de 800m. En effet, ils avaient observé précédemment que 80% des ouvrières pouvaient porter jusqu’à 80% de leur poids. » Des nids ont ainsi été localisés jusqu’à 1,33 km du point de départ de l’ouvrière. Cette balise, la première de ce genre, n’est qu’un des outils de la panoplie de lutte anti-frelon asiatique des scientifiques. « Ils ont notamment caractérisé des souches de champignons entomopathogènes pouvant infecter et tuer les frelons. Cette piste pourrait être complémentaire de la localisation des nids où seraient alors injectés ces agents de biocontrôle, non nuisibles à l’environnement. »