Les tendances de la déforestation en Amazonie (1 mn 30)

Carte Amazon Deforestation 2001-2019 - Data UMD-GLAD Hansen-UMD-Google-USGS-NASA MAAP

1355
⏱ Lecture 2 mn.

Le Projet de surveillance de l’Amazonie andine livre de nouvelles données sur la déforestation dans cinq pays d’Amérique latine. Les tendances sont contrastées ; entre augmentation en Bolivie et diminution légère ou importante en Equateur, en Colombie, au Pérou et au Brésil.

Une nouvelle analyse basée sur une estimation de la déforestation en Amazonie en 2019 identifie les points chauds de la perte de forêt ainsi que plusieurs tendances spécifiques à chaque pays de la région. Les chiffres, publiés le 11 février mais encore préliminaires à ce stade, prévoient que la déforestation en 2019 a diminué – bien que légèrement – ou est restée relativement stable, dans quatre des cinq pays amazoniens inclus dans l’étude. Le chercheur Matt Finer et ses collègues du Projet de surveillance de l’Amazonie andine (MAAP) ont utilisé les données des mises à jour d’alertes précoces de 2019 et les ont comparées aux chiffres de perte de forêts de l’université du Maryland remontant à 2001. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Pour éliminer les zones précédemment défrichées qui pourraient avoir perdu leur couvert forestier, ils se sont concentrés uniquement sur les alertes survenant dans les zones de forêt primaire. Le MAAP utilise la surveillance des forêts en temps réel pour rendre compte de la déforestation au fur et à mesure qu’elle se produit. En septembre, l’équipe avait démontré que de nombreux incendies en Amazonie brésilienne brûlaient des zones récemment défrichées, et non la forêt vierge. Au total, le Brésil a probablement perdu plus de 9 700 km2 en 2019 par rapport à sa part de 60% de l’Amazonie. Comparé aux données de l’Université du Maryland de ces dernières années, ce résultat indique que la déforestation a légèrement diminué au Brésil.

En revanche, le groupe a révélé qu’en Bolivie, la déforestation a atteint une ampleur gigantesque, avec 1 350 km2 de perte de couvert forestier. Le MAAP et d’autres groupes surveillent de près la déforestation galopante de l’Amazonie colombienne depuis que le gouvernement a signé un accord de paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) en 2016. Les chiffres du début de 2019 suggèrent que la perte de forêts en Colombie est revenue à environ un tiers du record de 1 538 km2 atteint en 2018, ce qui pourrait être dû à la pression internationale pour la freiner. Dans la partie équatorienne de l’Amazonie, la déforestation a légèrement diminué, passant de 188 km2 en 2017 à 114 km2 en 2019.

Mais en décembre, le MAAP a pu suivre de petites zones de déboisement pour les plateformes de forage pétrolier dans le parc national Yasuni, riche en espèces, et près du territoire de longue date des peuples indigènes Waorani. Bien que les plaques apparaissent sur les cartes comme de simples taches dans une mer de forêt environnante, l’équipe a calculé que les « effets de lisière » qui s’insinuent dans la forêt environnante à la suite de ces incursions auraient, en réalité, un impact sur une bande de forêt beaucoup plus large de 6,55 km2. Au Pérou, la superficie de forêt primaire perdue en 2019 a légèrement diminué par rapport à 2018 pour atteindre 1 400 km2. Toutefois, le déforestation y est encore historiquement élevée si l’on se réfère à 2011.

Le Projet MAAP

[/ihc-hide-content]