Du bois russe, exploité illégalement, vendu dans l’Union européenne

Photo d'illustration ©Aleksandr de Pixabay

1461
⏱ Lecture 2 mn.

Des firmes européennes auraient acheté dans le savoir des centaines de millions de dollars de bois liés à l’un des plus grands scandales d’exploitation forestières illégales en Russie selon un rapport de l’ONG Earthsight.

Un rapport de l’ONG britannique Earthsight dévoile que des clients européens auraient achetés plus de 100 000 tonnes de bois provenant du Kraï de Khabarovsk, dans l’Extrême-Orient russe, entrées en Europe via le groupe BM, un conglomérat dirigé par Alexander Pudovkin, arrêté l’année dernière et qui fait l’objet d’une enquête pour abus de pouvoir. Selon les procureurs, Pudovkin a admis avoir versé des pots-de-vin aux fonctionnaires en échange de subventions gouvernementales et de l’accès aux concessions forestières. Il a nié avoir commis des actes répréhensibles et doit être jugé.

Les forêts boréales qui entourent une grande partie de l’hémisphère nord abritent de nombreuses espèces, dont des ours, des loups et des rennes. Les scientifiques de la conservation estiment que le biome est essentiel pour prévenir un changement climatique catastrophique, car les forêts boréales stockent presque deux fois plus de carbone par hectare que leurs homologues tropicales. Les procureurs ont allégué qu’une filiale de BM Group qui s’appelle Asia Les, a exploité illégalement 600 000 mètres cubes de bois et que les licences pour les concessions forestières et les subventions de l’État ont été obtenues de manière frauduleuse. Lorsque les autorités ont commencé à prendre des mesures contre cette filiale, une société sœur, Logistic Les, a commencé à exporter du bois du même type et dans les mêmes quantités qu’Asia Les. Le rapport indique qu’ »Il semble probable que ce bois ait été blanchi par Asia Les« .

Selon Earthsight, l’essentiel du bois récolté par BM Group et ses sociétés affiliées a été vendu en Chine et au Japon, mais une grande quantité de bois de mélèze a également été vendue à plusieurs entreprises européennes pour la production de revêtements de maisons, de panneaux et de yachts. La majorité des acheteurs européens sont représentés par des entreprises allemandes. Une proportion plus faible du bois était destinée à l’Estonie, la France, la Belgique, la Suède, la Lettonie, la Slovaquie, la République tchèque, le Danemark, la Lituanie et l’Autriche.

Ce commerce a eu lieu malgré une réglementation européenne sur le bois qui date de 2013. Cette réglementation exige que les entreprises vérifient la source du bois qu’elles achètent afin de réduire le risque de commerce de bois illégal à un niveau « négligeable« . « Loin des lois de l’UE qui les empêchent de manipuler ce bois, les entreprises européennes en ont largement profité« , a déclaré Earthsight. L’ONG a également critiqué la dépendance des entreprises européennes à l’égard d’organismes de labellisation du bois comme le Programme de reconnaissance des certifications forestières (PEFC), affirmant que leur rôle dans le scandale s’apparente à du « greenwashing« .

Rapport Earthsight