8 nouveaux bouquetins réintroduits dans les Pyrénées françaises

Photo d'illustration ©-porojnicu-Fotolia

1245
⏱ Lecture 2 mn.

Le 16 octobre 2020, les montagnes du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises ont accueilli 8 nouveaux bouquetins, dans le cadre d’un programme de réintroduction de cette espèce qui avait disparu des Pyrénées françaises en 1910.

Alors qu’il avait totalement disparu des Pyrénées françaises, le bouquetin fait l’objet depuis 7 ans d’un programme de réintroduction. Les deux derniers grands mâles avaient été abattus près du lac de Gaube, près de Cauterets, en 1910. Les discontinuités d’habitats qui isolent la chaîne des Pyrénées des plus proches régions naturellement habitées par l’espèce dans le nord de l’Espagne rendaient le retour du bouquetin sur le versant français par colonisation naturelle difficile.

Sollicité par de nombreux acteurs locaux, le projet d’un retour du bouquetin dans les Pyrénées est progressivement apparu dès 1970 au travers de différentes initiatives et s’est finalement trouvée portée par le Parc Naturel Régional (PNR) des Pyrénées ariégeoises et le Parc national des Pyrénées. « Au niveau national, ce projet s’inscrit dans la Stratégie de restauration des bouquetins en France (2000 – 2015), dans laquelle la réintroduction du bouquetin dans les Pyrénées y apparaît comme une des actions prioritaires, explique le PNR dans un communiqué. La zone cœur du Parc national est considérée comme une des plus favorables au vu de ses potentialités écologiques et de son statut de protection. En 2009, le PNR des Pyrénées Ariégeoises prend l’engagement, dans sa charte constitutive, de ‘Réussir la réintroduction du bouquetin’« .

L’élaboration d’un projet de restauration des populations de bouquetins dans les Pyrénées françaises préconise la réintroduction d’individus transplantés depuis les populations existantes. Les bouquetins étaient encore présents en Espagne, qui avait su conserver l’espèce. « La population donatrice a été sélectionnée en évaluant plusieurs critères : la variabilité génétique, garante d’un faible taux de consanguinité ; la ressemblance (taille, pelage, forme des cornes) avec la souche pyrénéenne du bouquetin ; l’absence de maladies dans les populations espagnoles afin de répondre aux exigences sanitaires. » Ces critères ont conduit à s’orienter vers les bouquetins ibériques (Capra pyrenaica victoriae), présents dans la Sierra de La Pedriza (Parc national de la Sierra de Guadarrama), un massif montagneux qui possède un climat enneigé et froid proche de celui des Pyrénées.

Le tout premier lâcher dans les Pyrénées Ariégeoises a eu lieu le 30 juillet 2014. Les bouquetins sont libérés dans le cirque de Cagateille sur la commune d’Ustou, commune ariégeoise frontalière de l’Espagne. Parallèlement, des lâchers ont été effectués sur la commune de Cauterets, dans les HautesPyrénées, par le Parc national des Pyrénées. Durant l’été, ce sont 38 bouquetins ibériques qui ont relâchés dans le PNR des Pyrénées Ariégeoises et dans le Parc national des Pyrénées. Au printemps 2015, on assiste aux premières naissances de cabris sur le territoire français après une absence de plus de 100 ans.

Le 16 octobre 2020, 8 nouveaux bouquetins sont venus les effectifs ariégeois. Désormais, on dénombre près de 170 bouquetins dans les Pyrénées Ariégeoises. « En 2020, il y a eu 29
naissances, dont 3 paires de jumeaux, ce qui est le signe d’une bonne acclimatation des animaux réintroduits« , conclut le communiqué.