Un pont de cordes pour le singe le plus rare du monde

Photo d'illustration © Kadoorie Farm and Botanic Garden

1732
© Kadoorie Farm and Botanic Garden
⏱ Lecture 2 mn.

En Chine, un pont de corde a été créé entre deux pans de forêt fragmentée pour aider le gibbon de Hainan, le primate le plus rare du monde, à traverser.

Toutes les espèces de gibbons, qui passent la majorité de leur vie au sommet des arbres, sont confrontées à un risque d’extinction élevé en Asie du Sud-est, en raison de la perte d’habitat. Lorsque des trouées apparaissent dans une forêt tropicale, suite par exemple à la déforestation, les gibbons – particulièrement les femelles et les juvéniles – peuvent être coupés de leur nourriture et de leurs compagnons. Une nouvelle étude suggère que quelques cordes robustes pourraient aider à combler les brèches.

Avec seulement 30 individus restants, le gibbon de Hainan (Nomascus hainanus) est considéré comme le primate le plus rare sur Terre. Tous ces animaux vivent dans la réserve naturelle nationale de Bawangling à Hainan, une province insulaire du sud de la Chine. En juillet 2014, un typhon a provoqué des glissements de terrain à travers la réserve, créant des brèches dans la canopée forestière que ces primates ont eu du mal à traverser. Des chercheurs ont eu l’idée d’établir des « couloirs » de canopée artificiels pour reconnecter la forêt fragmentée.

En 2015, des grimpeurs d’arbres professionnels ont installé un pont de deux cordes d’alpinisme à travers un ravin de 15,8 mètres de large. Près de 6 mois plus tard, les gibbons ont commencé à utiliser le couloir, et la fréquence d’utilisation a par la suite augmenté avec le temps, rapportent les chercheurs dans Scientific Reports. L’équipe a documenté 52 traversées dans un groupe de huit gibbons, dont la plupart marchaient le long d’une corde tout en s’accrochant à la seconde corde pour se soutenir, ce que les scientifiques ont appelé une « main courante« . Les gibbons se sont également tractés sous les cordes en utilisant tous leurs membres et se sont balancés le long des ponts en utilisant seulement leurs bras. Tous les membres du groupe ont traversé, à l’exception des mâles adultes

Les écologistes ont déjà construit des ponts artificiels pour aider d’autres espèces vivant dans les arbres, comme l’orang-outan de Bornéo. Et le lar et le crochet de l’ouest Gibbon traversent tous deux des brèches dans la forêt. Les ponts de corde pourraient être une solution à court terme pour reconnecter des habitats disjoints, affirment les chercheurs, couplée à des efforts pour reconstituer le couvert forestier naturel.

Lire l’étude ici