Qui veut la peau des antilopes d’Amérique ? (1 mn 30)

Photo © skeeze de Pixabay

1686
⏱ Lecture 2 mn.

La création de 3500 nouveaux puits de gaz, autorisés par l’administration Trump, pourrait menacer gravement la survie d’une espèce emblématique des Etats-Unis : l’Antilope d’Amérique.

L’antilope d’Amérique, endémique d’Amérique du nord, est menacée par l’administration Trump. Cette espèce emprunte chaque année depuis 6000 ans l’une des dernières routes de migration terrestre d’Amérique du nord, longue d’environ 270 km. Ce couloir est désormais menacé : un plan gouvernemental veut autoriser la création de 3 500 nouveaux puits de gaz dans le sud-ouest du Wyoming, qui bloqueraient la route des antilopes. Le 19 février 2020, des associations de protection de l’environnement ont déposé une pétition alléguant que le gouvernement a approuvé les puits sans avoir analysé correctement les dommages potentiels des plateformes de forage, des routes, des pipelines et d’autres infrastructures sur l’antilope d’Amérique et pour le tétras des Armoises, un oiseau ayant besoin de vastes paysages intacts pour vivre. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

L’extension du champ d’extraction empêcherait l’accès aux aires d’hivernage dont l’antilope a besoin pour survivre. Les animaux concernés appartiennent au troupeau de « Sublette », qui a déjà diminué de 40 % au cours de la dernière décennie. Environ 300 animaux de ce troupeau vivent dans une aire de répartition estivale dans le parc national de Grand Teton, dans le nord-ouest du Wyoming, et empruntent le couloir de migration pour rejoindre leur aire de répartition hivernale dans la vallée de la rivière Upper Green, dans le sud-est du Wyoming.

La partie nord de leur parcours est protégée en tant que premier couloir de migration national de l’epèce. Les concessions et les développements pétroliers et gaziers sont fermés, des passages pour la faune ont été installés le long des routes principales, et des clôtures respectueuses de la faune ont remplacé les clôtures en fil de fer barbelé qui empêchaient le passage de l’antilope. Mais la partie sud, où le Bureau de gestion du territoire a autorisé Jonah Energy à construire les 3 500 nouveaux puits, ne bénéficie pas d’une telle protection. Des études montrent que l’antilope d’Amérique ne dévie pas de ses anciennes routes de migration, de sorte que bloquer l’accès à ces habitats du sud détruirait probablement l’ensemble du troupeau du parc et réduirait encore la population de Sublette

[/ihc-hide-content]