Déforestation : le président indonésien veut combattre la politique de l’UE (2 mn 30)

Photo © asnidamarwani-Fotolia

1606
⏱ Lecture 2 mn.

Le président indonésien Joko Widodo s’est engagé à combattre la politique européenne visant à réduire l’usage de l’huile de palme. Pendant ce temps, la Colombie a perdue une superficie de forêts équivalente à deux fois la taille de Berlin…

« Je vais combattre une discrimination comme celle-ci, parce que cela concerne 16 millions d’agriculteurs et d’ouvriers dans ce secteur. Nous avons déjà parlé à l’Union européenne de ce sujet », a déclaré le président indonésien Joko Wilodo à l’agence Bloomberg. L’Indonésie et la Malaisie, qui produisent quelque 85% de l’huile de palme mondiale, ont vivement protesté contre l’Union européenne après la publication en mars d’un texte réglementaire européen qu’ils estiment discriminatoire. Le texte a pour effet de classer l’huile de palme dans les biocarburants non durables à cause de son effet sur la déforestation et sur le changement climatique. Les deux grands pays exportateurs craignent de voir leurs débouchés se restreindre après une chute de 15% du cours de cette matière première l’an dernier et ont menacé l’UE de porter l’affaire devant l’Organisation mondiale du commerce. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

« L’huile de palme est une matière première stratégique pour l’Indonésie et depuis le début l’Indonésie dit qu’il faut confronter nos données scientifiques », a souligné Joko Widodo, réfutant l’analyse de l’UE sur l’impact environnemental de l’huile de palme. Jakarta et Kuala Lumpur considèrent l’huile de palme comme stratégique car elle apporte beaucoup de devises et est dominée par de puissants conglomérats. Les deux pays soulignent aussi que le secteur a permis de sortir de la pauvreté des millions d’agriculteurs. Mais l’huile de palme est montrée du doigt par les défenseurs de l’environnement pour la déforestation qu’elle entraîne, vue comme l’une des plus grandes menaces pour la biodiversité tropicale, et notamment les orangs-outans. L’Union européenne souligne de son côté que l’huile de palme contribue fortement au changement climatique par les émissions de gaz à effet de serre induites. Par conséquent, elle juge que le biocarburant à base d’huile de palme ne peut pas être pris en compte pour les objectifs que s’est fixée l’Europe en terme d’utilisation des énergies renouvelables.

En Colombie, Plus de 197.000 hectares, principalement en Amazonie, ont été déboisés en Colombie au cours de la seule année 2018, ce qui équivaut à deux fois la superficie de la ville de Berlin ou 276 stades de football, selon un rapport officiel.  Bien qu’encore très élevée, la déforestation a toutefois légèrement diminué par rapport à l’année précédente: 197.159 hectares de forêts ont été anéantis en 2018 contre 219.973 hectares en 2017, précise ce rapport du ministère de l’Environnement et du Développement durable. « Les données de contrôle montrent une réduction de la déforestation de 22.814 hectares, soit 10% », a déclaré le ministre Ricardo Lozano lors d’une conférence de presse.

L’élevage, le brûlage à des fins diverses, l’extraction illégale de minerais, ainsi que les narco-plantations comme celles de coca, qui ont atteint en 2017 une superficie record (171.000 hectares selon l’ONU) sont considérés comme les principales causes de la déforestation en Colombie. Selon l’Institut des ressources mondiales (WRI), la planète a perdu 12 millions d’hectares de forêts tropicales en 2018.

[/ihc-hide-content]