Afrique du Sud : l’ormeau menacé par le braconnage lié au trafic de drogue (1 min 30)

Photo © Toby Hudson

1502
⏱ Lecture 2 mn.

Le pêche illégale des ormeaux en Afrique du Sud, alimentée par des trafiquants de drogue, menace ce coquillage très prisé en cuisine en Asie, a mis en garde l’organisation Traffic.

Depuis 2000, plus de 96 millions d’ormeaux de l’espèce Haliotis midae, qui ne vit que dans les eaux sud-africaines, ont été braconnés, selon Traffic, une ONG qui surveille le commerce de la faune et de la flore sauvages. Au cours des dix dernières années, le volume de ces coquillages illégalement pêchés a presque doublé. Ces mollusques sont victimes d’« un des niveaux les plus élevés, si ce n’est le plus élevé, de braconnage constaté au cours des vingt dernières années», estime Traffic dans un rapport intitulé « Coquilles vides: au coeur du commerce illégal desormeaux». Les revenus tirés de ce trafic se montent à environ 60 millions de dollars (51 millions d’euros) par an, selon la même source, qui dénonce « les liens» entre leur braconnage et le trafic de drogue. « Encouragé par des réseaux criminels transnationaux sophistiqués et des gangs locaux, le commerce illégal d’ormeaux est alimenté par de profondes disparités socio-économiques dans la province du Cap occidental (sud), par des quotas de pêche très contestés, par la drogue et la violence des gangs », explique Traffic. Des organisations criminelles chinoises achètent les ormeaux auprès de gangs locaux sud-africains, payés avec de la drogue. « Des cohortes entières de gens sur la côte (sud-africaine) sont impliqués » dans cette « économie illicite», ajoute l’ONG. L’Afrique du Sud abrite cinq types d’ormeaux dont un seul, l’Haliotis midae, est récolté à des fins commerciales. La pêche des ormeaux est encadrée par des quotas, mais il a été constaté sur la période 2000-2016 une très forte disparité entre le volume produit (18.905 tonnes) et les volumes importés à l’échelle mondiale (55.863 tonnes), selon Traffic. L’essentiel des récoltes légales et illégales est destiné à l’Asie, plus précisément à Hong Kong, où le mollusque au goût très iodé est très apprécié dans les restaurants. L’ormeau Haliotis midae se retrouve aujourd’hui menacé d’extinction, prévient Traffic, qui demande son inscription à la Cites, la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinction (Cites).