Trafic illicite d’espèces : un nouveau programme d’Interpol

Photo © Marc AZEMA Fotolia

1201
⏱ Lecture 2 mn.

La coopération policière internationale renforcée

Le réseau de coopération policière internationale a lancé un nouveau projet visant à identifier et à démanteler les réseaux de criminalité organisée qui réalisent des milliards d’euros de profits illicites en pratiquant la traite des espèces sauvages entre l’Afrique et l’Asie.

Ciblant les trafiquants de premier plan en Asie qui s’approvisionnent en faune sauvage d’Afrique, le projet renforcera les mesures d’application de la loi dans les pays de provenance, de transit et de destination, en particulier ceux liés au commerce illicite d’ivoire, de corne de rhinocéros et de grands félins asiatiques.

Le projet mené par le programme de sécurité environnementale d’Interpol s’appuiera sur l’expertise d’autres unités spécialisées pour lutter contre la ciminalité environnementale, un « marché » estimé à 258 milliards de dollars et lié à d’autres activités criminelles, y compris la corruption, le blanchiment d’argent et le trafic d’armes à feu.

Le Laboratoire de criminalistique numérique pour l’extraction des données des équipements saisis, le Programme d’armes à feu pour le traçage des armes et l’analyse balistique, et l’Unité des enquêtes fugitives pour aider les pays à localiser et arrêter les criminels environnementaux recherchés seront mobilisés.

« La protection du patrimoine mondial de la faune est notre responsabilité collective, en tant que citoyens du monde et pour une bonne application de la loi internationale, a déclaré le secrétaire général d’Interpol, Jürgen Stock. Il est essentiel de prendre des mesures décisives pour lutter contre la criminalité environnementale et ce projet visant les liens du crime organisé entre l’Afrique et l’Asie permettra à tous les acteurs concernés de s’unir dans leurs efforts et de planifier les actions futures ailleurs dans le monde ».

Selon un récent rapport d’Interpol et de l’ONU sur l’environnement, 80 % des pays considèrent la criminalité environnementale comme une priorité nationale, la majorité déclarant que des activités criminelles nouvelles et plus sophistiquées menacent de plus en plus la paix et la sécurité.