Il pleut du plastique dans les parcs nationaux américains : 1000 tonnes par an !

Photo d'illustration © Rupert Kittinger-Sereinig de Pixabay

1690
⏱ Lecture 2 mn.

Les zones sauvages et les parcs nationaux de l’ouest des États-Unis reçoivent chaque année une poussière de plastique, peut-être 1 000 tonnes ou plus. Jusqu’à un quart de ces micro-plastiques – qui proviennent de tapis, de vêtements et même de peintures en aérosol – peuvent être véhiculés par des orages passant au-dessus de villes proches, tandis que le reste vient probablement de plus loin.

Ces résultats, les premiers à mettre en évidence les origines géographiques, confirment que la pollution par les microplastiques est courante dans le monde entier. « Nous avons créé quelque chose qui ne disparaîtra pas, et qui circule maintenant autour du globe », explique Janice Brahney, biogéochimiste à l’université d’État de l’Utah et autrice principale d’une étude parue dans Science.

Au départ, Brahney ne cherchait pas à suivre la pollution par le plastique. Elle voulait plutôt étudier comment la poussière soufflée par le vent apporte des nutriments aux écosystèmes. Elle a donc mis en place une étude pilote avec le National Atmospheric Deposition Program pour collecter ces poussières dans un réseau de stations météorologiques habituellement utilisées pour échantillonner l’eau de pluie à travers les États-Unis, la plupart du temps dans des endroits reculés. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

En examinant des échantillons provenant de 11 régions éloignées de l’ouest des États-Unis, dont le Grand Canyon et le parc national de Joshua Tree, elle a remarqué des fragments de couleur vive sous le microscope. « J’ai réalisé que je regardais le dépôt de plastique, ce qui était vraiment choquant .»  Ne disposant pas des fonds nécessaires pour étudier la pollution par les microplastiques, elle a fait l’analyse sur son temps libre, passant une « année très longue et stressante » de soirées et de week-ends à compter près de 15 000 minuscules pièces – la plupart d’entre elles faisant moins d’un tiers de la largeur d’un cheveu humain.

Janice Brahney a trouvé beaucoup de fibres minuscules, probablement provenant de vêtements, de tapis et d’autres textiles. Elle a également trouvé de minuscules particules, dont environ 30% étaient des sphères de couleur vive. Plus petites que les microbilles de plastique utilisées dans les cosmétiques et autres produits de soins personnels, ces billes sont des composants des peintures qui peuvent être libérés dans l’atmosphère lors de la peinture par pulvérisation.

Après décompte, Brahney et ses collègues ont estimé qu’environ 132 particules de microplastique se trouvent sur chaque mètre carré de nature sauvage chaque jour. Cela représente plus de 1000 tonnes de plastique par an dans les parcs nationaux et autres zones protégées de l’ouest des États-Unis, soit l’équivalent de 300 millions de bouteilles d’eau en plastique. D’autres études ont trouvé des quantités similaires de microplastiques dans des endroits éloignés, notamment dans les Pyrénées et en Arctique.

Lire l’étude

[/ihc-hide-content]