🆓 Afrique : les lions ne sont pas en sécurité dans les parcs nationaux ! (2 mn)

Photo © PublicDomainPictures de Pixabay

1117
⏱ Lecture 2 mn.

Alors que les éléphants ont tendance à jouer la sécurité, en restant à l’intérieur des limites des parcs nationaux, une étude montre que les lions ne sont pas aussi prudents : ils vont traîner dans les concessions de chasse voisines, où la chasse au trophée est autorisée.

Les lions d’Afrique de l’Ouest (Panthera leo leo), plus petits et génétiquement distincts des autres lions, sont en danger critique d’extinction. La plus grande concentration – environ 350 – se trouve dans un site du patrimoine de l’UNESCO qui comprend cinq parcs nationaux et 14 concessions de chasse à l’intersection du Burkina Faso, du Niger et du Bénin.Pour savoir où les lions passent le plus de temps dans cette vaste zone, une équipe de chercheurs a déployé 238 pièges-photo dans trois des parcs et 11 des concessions, sur une superficie totale de près de 13 000 kilomètres carrés. Pendant trois saisons sèches, les appareils déclenchés par le mouvement ont pris 1,7 million de clichés, dont 96 observations de lions.

Pour interpréter ces données, les chercheurs ont construit un modèle informatique qui intègre une multitude de facteurs, dont le temps, la couverture végétale, les pratiques de gestion des terres et de la faune, et la présence d’établissements humains et d’incendies à proximité. Ils ont également inclus des informations sur l’emplacement des proies probables des lions, en se basant sur les images de phacochères, de boucs d’arbres et d’antilopes prises par les appareils photo. Les chercheurs s’attendaient à voir davantage de lions dans les parcs nationaux, comme c’est le cas pour les éléphants. Au lieu de cela, l’analyse a révélé que les lions semblent aller là où les proies sont les plus abondantes, souvent dans les concessions de chasse, ont rapporté les chercheurs le mois dernier dans le Journal of Applied Ecology. Pour les scientifiques, les revenus de la chasse au trophée permet aux concessions d’utiliser des pompes à énergie solaire pour fournir un approvisionnement en eau plus régulier, ce qui tend à attirer les espèces que les lions chassent. Ils peuvent également engager des gardes pour protéger leurs frontières contre le braconnage ou l’empiètement du bétail. Et, comme les concessions de chasse sont souvent contiguës aux parcs nationaux, il se peut que les lions vivant sur le reste du continent ne profitent pas non plus des parcs nationaux comme refuges, notent les chercheurs. « Nous avons proposé des mesures de gestion pour influencer indirectement l’utilisation de l’espace par les lions,précisent-ils, comme l’amélioration de la disponibilité de l’eau dans les parcs et la réduction des perturbations humaines à leurs abords. Nos résultats donnent un aperçu des préférences des lions en matière d’habitat dans un système dégradé par les pressions humaines et l’épuisement des proies, ce qui permet de mieux comprendre le rôle de la gestion dans l’écologie et la conservation des prédateurs et des espèces chassées ».

 Lire l’étude