Les ours blancs sont de plus en plus cannibales (1 mn 30)

Photo © outdoorsman-Fotolia

1695
⏱ Lecture 2 mn.

Le manque de disponibilité de nourriture en lien avec les activités humaines pousserait les ours polaires à pratiquer de plus en plus le cannibalisme.

Selon un expert russe, les cas de cannibalisme chez les ours polaires de l’Arctique sont en augmentation à cause de la fonte des glaces et de l’activité humaine. Lors d’une présentation à Saint-Pétersbourg, Ilya Mordvintsev, spécialiste de l’espèce à l’Institut de l’écologie et de l’évolution de Moscou, a suggéré que ce comportement, largement établi chez les ours polaires mais auparavant rarement observé, était de plus en plus fréquent et pourrait être dû à un manque de nourriture. « En certaines saisons, il n’y a pas assez de nourriture et les grands mâles attaquent les femelles avec leurs petits« , a-t-il affirmé. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

L’augmentation des cas pourrait également être due en partie au fait que davantage de personnes travaillent dans l’Arctique et signalent de tels comportements. Mordvintsev a ainsi déclaré recevoir des observations non plus seulement des scientifiques mais aussi du nombre croissant de travailleurs du pétrole. La zone allant du golfe de l’Ob à la mer de Barents, où les ours polaires ont l’habitude de chasser, est désormais une route très fréquentée par les navires transportant du gaz naturel liquéfié (GNL), et la glace y est brisée toute l’année. En plus de l’extraction active du gaz dans la péninsule de Yamal et d’une nouvelle usine de GNL, la Russie a considérablement modernisé ses installations militaires dans la région.

Des chercheurs russes ont enregistré un nombre croissant d’ours polaires qui s’éloignent de leurs terrains de chasse traditionnels à mesure que la glace fond en raison du changement climatique. Au cours du dernier quart de siècle, le niveau des glaces de l’Arctique à la fin de l’été a diminué de 40 %. Des chercheurs prédisent que les ours polaires pourraient finir par ne plus chasser sur la glace de mer et seraient confinés aux zones côtières et aux archipels des hautes latitudes.

Et si le cannibalisme peut être une réponse des ours à la difficulté croissante à trouver de la nourriture, se rapprocher des lieux de vie des hommes en est une autre. Les Russes qui vivent dans l’Arctique ont tiré la sonnette d’alarme sur des dizaines d’ours blancs qui pénètrent dans les villes, notamment pour faire des raids dans les décharges.

[/ihc-hide-content]