Hamster des champs, hamster des villes (1 mn)

Photo © Eric Isselée

1785
Grand Hamster (Cricetus cricetus)
⏱ Lecture 2 mn.

Une nouvelle étude s’intéresse à l’activité du hamster commun dans l’environnement urbain, notamment son organisation et les différences intersexuelles existantes.

Le hamster commun (Cricetus cricetus) vit en milieu agricole mais parfois également en ville. L’une de ces populations urbaines est implantée à Vienne, en Autriche, et fait l’objet d’un projet LIFE+ALISTER doté de fonds européens, en collaboration avec une équipe du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Adoptant une approche basée intégralement sur l’observation comportementale de cette population de hamsters vivant dans le centre-ville de Vienne, les chercheurs ont enregistré l’activité de 35 rongeurs en mai 2015. Chaque animal a été suivi et observé spécifiquement pendant 15 minutes et un total de 66 échantillons ont été analysés. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

« Le hamster étant une espèce proie, les scientifiques ont prédit un haut niveau de vigilance des individus dans cet environnement présentant une activité humaine importante, explique le CNRS dans un communiqué. Les résultats montrent que si les animaux consacraient beaucoup de temps à la vigilance, la majeure partie de leur temps était consacrée à la recherche de nourriture. » Par ailleurs, les comportements de vigilance étaient exprimés de façon différente par les mâles et les femelles.

Enfin, les scientifiques ont étudié la répartition des terriers sur les espaces verts en fonction de la proximité des arbres et de l’intensité sonore, en émettant l’hypothèse que les hamsters préféraient des emplacements protégés par la végétation et éloignés des sources de bruit. Or, « même si les terriers étaient situés de préférence sous le couvert végétal, l’intensité du bruit ne semble pas déterminer leur position. De plus, cette espèce ne réagit pas aux perturbations comme les bruits urbains quotidiens, probablement par effet d’habituation. » Ces résultats démontrent que le hamster commun peut s’habituer à la vie dans un espace urbain. Cette espèce étant en voie de disparition, Les villes pourraient ainsi êtres envisagées pour le renforcement des populations.

L’étude

[/ihc-hide-content]